Les jeux vidéo, l'Etat aux manettes

A la manière du cinéma hexagonal, les professionnels des jeux vidéo bénéficient du soutien de pouvoir public. Après des années d'attente, un crédit d'impôt a été créé en 2008 pour soutenir l'industrie française du secteur. Les entreprises éditrices peuvent désormais déduire de leur impôt 20% des dépenses liées au développement d'un jeu. Condition nécessaire pour en bénéficier : les jeux ne doivent ni être violents ni comporter de scène pornographique.

Mais au-delà de ce dispositif fiscal, le soutien de l'Etat est aussi récemment passé par le plan de relance, qui comportait un volet numérique. Là encore, l'industrie du jeu est soutenue, plus particulièrement dans le domaine des "serious games". Ces jeux sérieux, qui peuvent servir à la formation de salariés, bénéficient d'une enveloppe de 30 millions d'euros.

Suggestions de contenus