Reprise d'entreprise : des entrepreneurs qui ont réussi Didier Sensey modernise et Numerix change d'ère

didier sensey, pdg de numerix.
Didier Sensey, PDG de Numerix. © Numerix

"J'ai repris un petit photographe de quartier pour en faire un Photoservice." La métaphore est éloquente. Didier Sensey a racheté Numerix en juillet 2006 alors que cette entreprise d'installation et de maintenance de matériel de radiologie, malgré son nom, travaillait encore sur support analogique. Lui veut en faire un spécialiste du numérique.

Originaire du monde de l'informatique, Didier Sensey présente les qualités requises pour opérer cette transformation. Mais il ne connait rien au monde médical. "Le cédant est resté dans l'entreprise pendant deux ans pour m'accompagner, explique Didier Sensey. Cela a permis d'assoir ma crédibilité. Il a désormais quitté la société mais nous sommes restés amis."

Le virus de l'entrepreneuriat avait contaminé Didier Sensey depuis longtemps : dès 1993, à 26 ans, il monte une entreprise avec deux associés. Mais l'expérience fera long feu. C'est en discutant avec un ami qu'il découvre que Numerix est à vendre. Elle sera la première entreprise qu'on lui présente. Il sera le premier repreneur à se présenter.

Le pari semble en passe d'être remporté. De 3,3 millions d'euros en 2006, le chiffre d'affaires atteint 9 millions en 2008. Les effectifs sont passés de 8 à 36 salariés. "A partir de l'Ile-de-France, nous nous sommes installés à Lyon, Nice et Bordeaux. Et d'autres implantations sont prévues." Mais Didier Sensey a encore des projets. Il souhaite que Numerix ajoute à ses casquettes d'intégrateur et de vendeur de matériel, celle d'éditeur de logiciels.