Les nouveaux acteurs de l'éducation Khan Academy, l'éducation pour tous

Le coup d'envoi de l'éducation en ligne a en grande partie été donné par la Khan Academy. Lorsqu'en 2006 Salman Khan réalise de petites vidéos pédagogiques sur Youtube pour aider ses cousins en mathématiques, il est loin d'imaginer qu'elles susciteront un quelconque intérêt.

salman khan, fondateur de la khan academy.
Salman Khan, fondateur de la Khan Academy. © Khan Academy

Deux ans plus tard, il quitte son poste dans un fonds d'investissement pour créer la Khan Academy qui sert de plateforme pour ses tutoriels. L'organisation à but non lucratif connait un succès fulgurant, notamment à la suite d'une intervention de Bill Gates lors d'un séminaire, dans laquelle il avoue suivre certains des tutoriels avec ses enfants.

En 2010, la Khan Academy reçoit une subvention de 2 millions de dollars de Google et de 1,5 million de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates. En 2012, Salman Khan figure dans la liste annuelle des 100 personnes les plus influentes dans le monde du magazine Time.

Ces deux dernières années, la Khan Academy a offert près de 250 millions de cours gratuitement. Chaque mois, le site accueille six millions de visiteurs uniques de 216 pays et 3 millions d'exercices sont résolus chaque jour. Les vidéos sont traduites (doublées ou sous-titrées) en plus de 28 langues.

La grande majorité des vidéos sont destinées à des écoliers et des lycéens. Le site fournit des statistiques aux internautes sur la façon dont ils apprennent

La Khan Academy n'est pas considérée comme un MOOC car elle n'offre pas de cours structurés. Il n'y a d'ailleurs aucun examen. A la place sont en fait mises à disposition plus de 4 000 vidéos de dix à quinze minutes. Salman Khan a lui-même personnellement créé près de 3 000 d'entre elles. Chacune traite un thème bien spécifique, principalement dans le domaine des mathématiques et des sciences, mais aussi dans d'autres disciplines telles que l'économie, la finance, l'histoire, etc. L'instructeur n'est pas visible sur les vidéos. Au lieu de cela, les étudiants sont confrontés à un tableau numérique vierge qui est progressivement rempli au fur et à mesure de la leçon.

Ces vidéos sont en grande majorité destinées à des écoliers et des lycéens. Le site fournit des statistiques aux internautes sur la façon dont ils apprennent, c'est-à-dire le temps qu'il leur faut pour un exercice, l'horaire où ils apprennent le mieux, les informations qu'ils assimilent plus facilement, etc. Autant de données utiles pour les professeurs afin qu'ils suivent la progression de leurs élèves. Car aujourd'hui, la Khan Academy se trouve dans près de 20 000 salles de classes à travers le monde.

Aujourd'hui, la Khan Academy se trouve dans près de 20 000 salles de classe à travers le monde

Ainsi, comme le révèle un article du New York Times d'octobre dernier, certaines écoles en Inde, qui manquent cruellement de professeurs et de manuels scolaires, ont commencé à utiliser les tutoriels de la Khan Academy pour pallier les manques. L'organisation est d'ailleurs en pourparlers avec le ministère du Développement des ressources humaines afin d'harmoniser les contenus avec les programmes scolaires indiens.

"Maintenant que les outils permettant aux élèves d'apprendre à leur propre rythme sont disponibles, interroge Salman Khan au magazine Forbes [...], peut-on repenser le modèle éducatif de ces dernières centaines d'années ?"

Bill Gates / Mooc