Guadeloupe : "Je ne renie rien"

Rétrospectivement, Yves Jégo voit une erreur dans la gestion de la crise en Guadeloupe, début 2009. "L'erreur de base, c'est celle du préfet [de Guadeloupe] qui a commencé des négociations en acceptant quelles soient télévisées", selon l'ancien secrétaire d'Etat. Pour lui, ces retransmissions ont joué en la faveur d'Elie Domota. "Le leader du LKP a pris une force médiatique extrêmement puissante". A titre personnel en revanche, Yves Jégo "assume" ses choix : "Je ne renie rien". Enfin, il estime que l'ordre que lui a donné François Fillon de rentrer à Paris en plein cœur de la crise, en février 2009, était une erreur : "Si on ne m'avait pas demandé de revenir, je serai resté jusqu'à ce que tout soit réglé".