"Les banques peuvent jouer au casino, mais pas avec notre argent"

Barack Obama s'apprête à instaurer de lourdes taxes sur les banques qui ont profité de plans de sauvetage pendant la crise. "Je trouve que c'est très bien", juge Marielle de Sarnez. "Je trouve qu'on n'a pas été assez fermes en France quand on a prêté cet argent aux banques. On aurait dû exiger des contreparties beaucoup plus fortes". Pour la Vice-présidente du Modem, il fallait notamment "entrer au capital, être autour de la table, être sûrs que l'argent allait bien financer les PME et les TPE". Et d'ajouter : "Voir les États-Unis plus exigeant que nous, c'est tout de même le monde à l'envers", avant d'insister sur la nécessité de séparer les activités des banques : banques d'affaire et banques de dépôt.