Affaire Soumaré : "Je n'étais pas au courant"

Pour Valérie Pécresse la convocation du 2 mars à l'Elysée n'aura rien d'une mise au point de Nicolas Sarkozy après l'affaire Soumaré. "Le président de la République m'apporte son soutien dans cette campagne depuis le début", veut convaincre la candidate de la majorité présidentielle, qui pense que cette réunion vise avant tout une "mobilisation" de son équipe. Sur l'affaire Soumaré en elle-même, Valérie Pécresse confirme : "Je n'étais pas au courant de l'intervention de Francis Delattre" et rappelle, à défaut de s'excuser, avoir condamné cette initiative.