"Qu'on prenne des précautions me semble une bonne chose"

Après la polémique sur les vaccins anti-grippe A, mais aussi en plein débat sur les "zones noires" de la tempête Xynthia, le principe de précaution est encore malmené par le blocage des aéroports lors du passage du nuage de cendres islandais. Alain Juppé défend ce principe et estime que la crise aérienne a été bien gérée. "Imaginez 30 secondes qu'un avion ait pris son envol, qu'il ait traversé le nuage et qu'il ait eu un problème ?", interroge-t-il. "Ca aurait été une révolte incroyable, on aurait accusé le gouvernement." Pour lui, les précautions étaient nécessaires et "tous les pays du nord de l'Europe ont fait de même". Enfin, sur l'indemnisation des compagnies et des voyageurs bloqués, il est plus réservé : "Subventionner tout le monde, il y a des moments où il faut arrêter".