Fins et esthétiques, laissez-vous séduire par les intra-auriculaires Embouts et isolation

Quel embout ?

Les embouts pour intra-auriculaires sont tout à fait déterminants. D'eux dépendent le confort d'écoute et la qualité de l'isolation. On peut en distinguer plusieurs types, qui ont chacun leurs atouts et défauts. Mais puisque les écouteurs ne sont que très rarement vendus avec tous les types d'embouts, on est bien forcé de prendre en compte ce facteur au moment du choix. Il faut savoir qu'il est nécessaire de trouver l'embout adapté à son conduit auditif, car si votre écouteur ne pénètre pas assez, on n'entend ni les basses ni les bas mediums. 

Les classiques, à double ou triple embouts (appelés flanges). Ce sont des embouts en caoutchouc isolants, qui pénètrent plus ou moins dans le conduit auditif. Ils peuvent être simples, doublés ou triplés. Dans ces derniers cas, l'isolation n'en sera que meilleure, mais le confort s'en ressent. Il est, au moins au début, très difficile de supporter des embouts aussi intrusifs. Les biflanges et triflanges ne se trouvent que dans les modèles écouteurs millieu et haut de gamme. 

Les embouts en mousse sont également assez courants. Ils réclament d'être modelés à la main, affinés, afin de pouvoir entrer dans le conduit auditif. Une fois en place, ils reprennent leur forme initiale, vous isolant efficacement du monde extérieur. Puisqu'ils sont doux, ce sont également les embouts intrusifs les plus confortables. En contrepartie, ils nécessitent une hygiène des oreilles irréprochable et doivent être changés régulièrement. 

les différents embouts : normaux, triflanges et en mousse
Les différents embouts : normaux, triflanges et en mousse © Jays / Westone / Koss

 

L'isolation

Evoluer en environnement urbain avec des écouteurs intra-auriculaires n'est pas anodin. On est littéralement privé de l'un de ses sens et il faut redoubler d'attention pour éviter les accidents. Non seulement vous n'entendrez pas la voiture venir, mais vous resterez sourd au passant demandant votre attention. Les piétons se doivent ainsi de redoubler de prudence, et on déconseille leur utilisation aux cyclistes ou aux habitués du patin à roulettes.

Autre problème de ce type d'isolation par obstruction du conduit auditif, si les bruits extérieurs sont coupés, d'autres sont décuplés. Une pichenette sur un écouteur peut casser les oreilles. Et plus problématique, on entend souvent très fortement les frottements du câble des écouteurs sur sa veste. L'isolation de ce fil est une source de critique dans nos tests, ci-après.