Juriste en NTIC : il protège des dérives

Les nouvelles technologies ne peuvent pas s'affranchir du droit. © Wavebreak Media Ltd - 123RF
Plusieurs questions juridiques touchent les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) : protection des données, droit d'auteur, droit des consommateurs... Le juriste en droit des NTIC, qu'il travaille dans un cabinet ou directement dans un grand groupe, peut apporter son expertise dans ce domaine. Pour exercer ce métier très technique, pas le choix, il faut un master spécialisé dans le droit des NTIC ou en propriété intellectuelle.  La sensibilité de ses tâches peut varier d'où les rémunérations très élevées pour les juristes les plus expérimentés.
  • Salaire : de 33 à 100 000 euros (source Page Group)
Suggestions de contenus