Comment bien manager à l’heure du numérique ?

Alors que la digitalisation bat son plein, le rôle des managers pourrait se trouver affaibli, voire obsolète. Pour éviter cette situation, il est nécessaire de proposer un nouveau type de management.

Nous entendons souvent parler, un peu à tort et à travers il faut bien l’admettre, d’entreprise libérée, de révolution du management ou de suppression des strates. Mais au-delà des mots, c’est surtout la question d’approche et de maturité à l’innovation qui est au cœur du sujet.

Pourtant, plus de numérique ne signifie pas moins d’humain, bien au contraire. Croire que la digitalisation des pratiques rendrait caduques les interactions humaines, les échanges et la collaboration en présentiel est un leurre aussi fictif que dangereux. Alors que son rôle tendrait à perdre son sens, le manager doit se repositionner au cœur de l’échiquier.

On l’oublie souvent, mais la transformation numérique s’opère à l’échelle individuelle et relève plus du déclic et de la prise de conscience que d’un process cadré et normé. Et c’est là qu’intervient le manager dans la transformation digitale de l’entreprise. En étant au contact des équipes, il lui incombe de diffuser une nouvelle culture, une nouvelle approche et de nouvelles méthodes. Manager à l’heure du numérique, c’est prendre sur soi, incarner la digitalisation auprès de ses équipes. Sans forcément parler d’exemplarité, il semble évident que l’impulsion managériale est indispensable.

Dès lors, le numérique n’apparaît plus comme un péril potentiel, mais comme un vecteur de réappropriation de légitimité. Le manager 2.0, comme on le décrit souvent, est donc un manager qui ajoute à son panel d’intervention une dimension digitale, qui intègre de nouveaux outils dans la conception de son rôle. Ces outils ne doivent avoir qu’une seule finalité : simplifier l’entreprise et non pas ajouter une touche digitale gadget et sans objet.

Bien sûr, de nombreux managers se sentent en difficulté face à ces nouveaux enjeux, au sens où ils ne maîtriseraient pas ces nouveaux outils et méthodes. C’est bien évidemment là que les notions de coaching et l’accompagnement managérial se font plus prégnantes. Former, comprendre et soutenir le manager dans ces nouvelles attributions est capital, d’autant plus que ce dernier est souvent isolé au sein de l’entreprise. Face aux attentes de sa direction et aux freins du corps social, il doit pouvoir bénéficier lui aussi d’un temps d’acculturation et d’un suivi pour mettre en œuvre cette fameuse digitalisation.

Au sein d’une entreprise, le manager revêt encore une dimension symbolique, si l’entreprise se transforme, si le monde du travail se transforme, il doit se transformer avec eux, et si possible avant eux.

   

Annonces Google