Le manager de transition ou le signe d’un marché qui se met en mouvement

La flexibilité qu'offre le management de transition est aujourd’hui un atout pour participer à une meilleure fluidité du marché de l’emploi : loin de la flexibilité subie, c’est le temps d’une flexibilité choisie.

Lorsque l’on fait référence au marché du travail en France, c’est avant tout pour évoquer ses rigidités. Nous serions enfermés dans un excès de normes et de réglementations qui protègent plus les statuts que les individus. Culturellement, nous serions rétifs au changement et à la prise de risque, et marqués au fer rouge en cas d’échec.Mais les lignes bougent pour une génération qui place la liberté en prérequis de ses choix professionnels. Le numérique a bouleversé les modes de travail et fait émerger de nouveaux métiers (combien sont encore inconnus aujourd’hui ?). Le domaine du management n’est pas indifférent à ces mutations : l’intervention de plus en plus fréquente de managers de transition est l’un des signes clairs de ce marché qui se met en mouvement.

De pompiers volants à pilotes de transition

Ils étaient hier des "pompiers volants", ceux qui venaient secourir des situations peu favorables, résoudre des contextes de gestion tendus. Ils étaient aussi ceux qui ne se fixent pas, créant ainsi une suspicion : pourquoi des cadres supérieurs voleraient-ils de mission en mission ? Pourquoi les entreprises ne les choisiraient-elles pas sur le long terme ? Depuis 10 ans, les entreprises (grands groupes et PME, tous secteurs confondus) ont intégré le manager de transition comme un levier efficace d’accompagnement du changement et de développement. Tout au long de sa mission, le manager de transition constitue un appui de haut niveau pour les équipes opérationnelles et la direction. L’entreprise apprécie son recul, son indépendance et sa capacité à mettre en place des solutions pragmatiques pour une optimisation durable. Cet essor s’est traduit par une ouverture du management de transition à l’ensemble des secteurs et des lignes métiers de l’entreprise : direction financière, ressources humaines, opérations, industrie, IT, banque, assurance, juridique et fiscal, ingénierie, immobilier, marketing et commercial. Et les profils se sont diversifiés.   

Une flexibilité choisie : l’évolution des mentalités

Le management de transition a conquis ses lettres de noblesse. Aujourd’hui, cette activité est sollicitée par les candidats qui ne se retrouvent plus dans les formes classiques de l’emploi. Loin de la flexibilité subie, c’est le temps d’une flexibilité choisie. Et s’il existe des périodes de latence entre deux missions, c’est pour les managers de transition une occasion unique de gérer leur carrière de manière totalement autonome, en suivant des formations ou en privilégiant des projets de développement personnel. Au-delà de cette souplesse, ils bénéficient d’une reconnaissance de leur statut d'expert, un statut qu'ils confirment avec chaque nouvelle mission. Les professionnels qui font le choix du management de transition sont d'autant plus engagés dans leurs missions qu'ils sont moteurs de leur parcours professionnel. La flexibilité qu'offre le management de transition est donc aujourd’hui un atout pour participer à une meilleure fluidité du marché de l’emploi. 

Notre Etude sur les tendances de rémunération 2017 a clairement montré que les entreprises françaises sont en pleine accélération de leur transformation et misent plus que jamais sur des profils rares et à haut potentiel. Parallèlement, sur les deux dernières années nous avons observé une hausse des demandes de 35% pour le management de transition. Face aux besoins du marché, le recours à un manager de transition s’impose comme une réponse adaptée. Sa souplesse, son efficacité, sa neutralité, sa compréhension des enjeux business et sa capacité à rassurer les équipes en place constituent des arguments compétitifs. Surtout dans des secteurs soumis à de fortes réglementations, où la pression est forte.

Annonces Google