Start-up, voici ce qu'il faut faire immédiatement après sa levée de fonds

Après une levée de fonds réussie, un dirigeant de start-up pousse généralement un grand ouf de soulagement. Pourtant ce n'est que le début d'une belle aventure. Et pour qu'elle se passe au mieux, il ne doit pas oublier une chose essentielle...

À l’heure où la fièvre entrepreneuriale touche le monde entier, la France est une destination séduisante pour les créateurs d’entreprise. Paris est sur le point de surclasser Londres en termes d’attractivité sur les jeunes entreprises innovantes. Ce n’est pas surprenant quand on sait que la capitale française dispose d’une quarantaine d’incubateurs de start-up, dont le plus important d’Europe et maintenant du monde avec la Station F, de Xavier Niel.

La France est un pays où lever des fonds n’est pas un mirage. Elle abonde de business angels qui désirent investir et la BPI (Banque Publique d’Investissement) accompagne les entreprises innovantes. Si les levées de fonds soutiennent les start-up dans leur développement, elle n’est cependant pas sans risque, menant parfois jusqu’à la faillite.

La levée de fonds ne remplace pas l’humain

Les entreprises dans des secteurs classiques n’ont pas systématiquement besoin d’une levée de fonds pour réussir. Mais pour réussir dans le digital avec un projet innovant et devenir le nouveau Drivy, plusieurs levées de fonds sont nécessaires. Elle ne doit se faire ni trop tôt (il faut avoir fait ses preuves pour intéresser les investisseurs) ni trop tard (pour ne pas stopper son développement ou risquer d’être à court de trésorerie). La croissance est l’enjeu principal d’une entreprise. Elle est directement liée à son activité. Une levée des fonds dès la première année permet à la start-up de s’entourer des bons profils, rares et difficiles à convaincre en particulier sur le plan financier.

Ce capital d’amorçage est crucial pour optimiser l’activité. Il porte l’entreprise et son produit à maturité et lui confère la possibilité d’y rester le plus longtemps possible. L’entreprise gagne aussi du temps pour mettre en place des systèmes d’autofinancement pérennes pour la suite de son évolution. C’est une sécurité financière qui aide à faire face en cas de crise. En ouvrant son capital, l’entreprise assoit sa crédibilité d’une part vis-à-vis de ses clients et d’autre part de ses fournisseurs. Mais ce n’est pas un aboutissement en soi et si l’entreprise n’est pas prête, la levée de fonds peut être responsable de sa faillite. Le risque majeur pour l’entité est de "brûler" son capital, notamment en recrutant à tours de bras sans réelle organisation. 

Après une levée de fonds, le recrutement doit être décuplé et la croissance de la start-up doit exploser. Pour avancer sur le chemin de l’ultra-croissance, suite logique de l’ouverture du capital, la jeune entreprise doit se doter de talents ambitieux et adaptés à sa philosophie. Parce que l’humain, c’est le nerf de la guerre : même la plus belle courbe de croissance du monde a été soutenue par des femmes et des hommes.

La levée de fonds nécessite toute la concentration des fondateurs, sur une durée générale de 6 mois, le recrutement doit être anticipé. C’est une des raisons de l’échec de Take It Easy qui a mis la clé sous la porte en juillet 2016 après avoir pourtant levé 16 millions d’euros en 2015. Le recrutement a été fait à la hâte pour soutenir cette ultra-croissance, et ne disposant pas de bases suffisamment solides, l’entreprise a déposé le bilan. Mais comment trouver et recruter ces talents indispensables, avec des finances limitées ?

Anticiper le recrutement

Le facteur clé du développement réussi d’une start-up ? Une gestion exemplaire de la trésorerie. En période de croissance, les liquidités des start-up doivent être judicieusement réparties surtout quand on sait que l’insuffisance de fonds est synonyme d’échec dans un cas sur trois

Élargir son effectif pour assumer le développement de l’activité en phase de croissance est la clé du succès d’une jeune entreprise. C’est un fait qu’il faut anticiper en l’intégrant dès la stratégie de départ pour avoir une vision du développement de l’entité sur le long terme. Si un bon recrutement, tôt dans la croissance, semble coûter cher et inopportun à première vue, une erreur de casting impactera encore plus les finances. Et, lorsque l’on s’en aperçoit, le manque de liquidité est trop bas et il est souvent trop tard pour faire machine arrière. 

La réussite d’une start-up dépend donc de la capacité de son créateur à identifier en amont ses besoins en recrutement. Dans cette optique, il doit recruter rapidement un directeur des ressources humaines. Il évitera une perte de contrôle de l’entreprise à cause d’une mauvaise maîtrise des RH. Le fondateur n’a pas le temps de gérer cette fonction, une personne experte est capable de recruter les meilleurs talents, de garder les bonnes personnes et de les maintenir productives.

La culture d’entreprise établie dès le départ constitue le fil rouge du développement humain de l’entreprise. Une analyse du marché est essentielle pour aligner la rémunération et les avantages sur le marché concurrentiel. Aujourd’hui, de nombreux postes clés sont dits pénuriques. Évidemment, lorsque l’on parle de poste pénurique on parle aussi de salaire élevé. C’est une difficulté majeure à laquelle se heurtent les jeunes entreprises dans le recrutement de ces jeunes talents, qui ne sont pas sur un pied d’égalité avec les grands groupes, eux aussi friands de ces profils et qui disposent d’une plus grande capacité à offrir de meilleures opportunités. Néanmoins, l’univers du recrutement rentre dans une nouvelle ère.

L’Intelligence Artificielle au service du recrutement

L’IA décèle les profils en devenir, les profils "prêts à bouger" ou encore les postes similaires (les appellations de postent varient d’une entreprise à une autre). Aujourd’hui, elle permet de cibler les meilleurs talents capables de soutenir une entreprise pendant sa croissance pour atteindre ses objectifs. Grâce aux nouveaux outils de recrutement les entreprises sont en mesure de cibler des talents qui l’accompagneront dans ses projets d’innovation et des personnalités autodidactes qui développeront leurs compétences au même rythme. L’entreprise innovante a besoin de collaborateurs et d’infrastructures qui s’adaptent au rythme de son évolution.

Si les finances d’une jeune entreprise jouent les premiers rôles dans sa réussite, tout repose finalement sur l’humain. Aussi innovant soit-il, un projet n’aboutira jamais sans une équipe cohérente, ambitieuse et impliquée. Mais c’est une réflexion qu’il faut adopter dès le départ. Après la levée de fonds, l’activité de l’entreprise doit exploser grâce à un recrutement important. Il ne s’agit pas de recruter à la hâte, et si les besoins ne sont pas identifiés en amont, il sera difficile de faire les bons choix.

Annonces Google