Aéronautique : des métiers techniques en tension, des salaires en hausse

L’aéronautique a toujours le vent en poupe et reste un des secteurs qui attirent le plus les jeunes ingénieurs et techniciens en 2018.

Toulouse, Marseille, Paris, Nantes et Bordeaux sont les fers de lance du secteur dynamique de l'aéronautique. Airbus, dont le carnet de commandes ne désemplit pas, reste la locomotive du secteur en France mais d’autres poids lourds tels que Thales ou encore Safran et l’ensemble des sous-traitants qui gravitent autour d’eux sont également de gros pourvoyeurs d’emplois.

Les métiers de la production et de la Qualité toujours en tension

Le phénomène, s’il n’est pas récent, est accentué par un marché global de l’emploi qui repart nettement à la hausse depuis plusieurs mois. La concurrence est donc d’autant plus rude pour capter les meilleurs profils. Par ailleurs, cette augmentation de la demande alors même que l’offre de candidats diminue entraîne une hausse mécanique du salaire moyen. S’ajoute alors une problématique RH puisqu’il faut en réponse harmoniser les salaires. A noter que, pour s’adapter au mieux aux fluctuations des carnets de commandes, beaucoup de métiers chez les grands donneurs d‘ordres restent sur des contrats en Intérim de longue durée.


Sur la Qualité, les contrôleurs, techniciens ou ingénieurs ne sont pas en reste au vu des contraintes imposées par le secteur de l’industrie aéronautique (conformité, sécurité, …).

Les experts de la Supply-chain très recherchés

Les profils de techniciens logistiques, d’acheteurs, d’approvisionneurs et de gestionnaires export/douanes sont toujours très recherchés dans l’aéronautique. Afin d’harmoniser et d’optimiser les chaînes de production, les profils Lean sont toujours  aussi sollicités pour des gains en productivité dans la gestion de l’organisation de la production industrielle.

Source : étude de rémunérations 2019 - PageGroup

Annonces Google