5 facteurs clés pour élaborer une stratégie industrie 4.0 optimale

L’Industrie 4.0 (i4.0) est un changement de paradigme historique qui a le potentiel de faire progresser amplement la production dans la prochaine génération. Mais les progrès disruptifs restent limités sur le terrain.

Une transformation numérique audacieuse est freinée par des obstacles habituels, tels que le manque de leadership et d’orientation stratégique, la confusion, la peur des perturbations, les incertitudes quant au retour sur investissement

La dernière étude Industrie 4.0 publiée par KPMG en témoigne[1] : peu d’entreprises ont déployé les technologies i4.0 avec une approche "bout en bout" et concrétisé une inter connectivité globale des usines. La plupart en sont encore aux étapes initiales, où des investissements sont réalisés dans l’optique de faire des économies de coûts. La révolution numérique va bien au-delà de l'efficacité, et les fabricants qui ne considèrent pas les nouveaux modèles économiques seront probablement menacés de survie dans un avenir très proche vis-à-vis de la concurrence.

Construire à partir de la performance industrielle et non de la technologie

De nombreuses entreprises lancent des initiatives i4.0 structurées autour d’une technologie, réalité augmentée ou jumeau numérique par exemples, plutôt que comme étant une partie intégrante d’un plan stratégique global. Des projets divers sont simultanément menés mais rarement alignée. Au-delà de cette stratégie orientée technologie plutôt que performance industrielle, les entreprises manquent d’agilité de part leurs fonctionnement en silos.

Pour une approche décloisonnée et optimisée, il est nécessaire d’inverser la chaîne de valeur en commençant par établir un diagnostic de maturité industrielle et technologique. Il revient alors de revoir les procédés, les équipements et outillages actuels et à venir. Mais également les processus de gestion et l’écosystème technologique pour confronter l’existant aux meilleures pratiques de la filière. Cette première étape permet de sélectionner et qualifier les leviers de performance prioritaires favorisant la création de valeur en entreprise.  

Impliquer les collaborateurs dans la transformation

La transition vers une stratégie industrielle 4.0 ne se fait pas sans l’implication des collaborateurs. Ces derniers doivent faire face à une mutation de leurs mode de travail mais, également de leurs rapport au management avec l’usage du digital au quotidien (IoT, Big Data, Robotique, Réalité Augmentée…). Il revient alors au management de sensibiliser le personnel pour faire un usage optimal de ces nouveaux outils numériques. L’implication des collaborateurs dès les premières phases de transformation en donnant du sens, en expliquant pourquoi l’entreprise doit se transformer et dans quelle mesure ils sont acteurs dans cette phase de transition est un premier jalon. L’accompagnement s’effectue également via la mise en place de formations tout au long du processus.

Démarrer sans attendre les données ou l’architecture parfaite

Les données de production ou de la Supply Chain  constituent de précieuses ressources pour améliorer l’excellence opérationnelle. Toutes ces analyses avancées nécessitent un effort conséquent de récupération et de structuration des données. Avant d’engager cet effort, il est sensible pour un industriel d’adopter une approche itérative de collecte, stockage puis traitement des données pour valider progressivement l’intérêt pour les métiers.

Ordonnancer la trajectoire industrie 4.0 avec une approche ROI

Le meilleur retour sur investissement est possible en considérant à la fois le niveau de maturité de la technologie (l’échelle TRL – Technology Readiness Level – par exemple) et les prérequis d’adaptation des modèles opérationnels. La clé d’une trajectoire industrie 4.0 est, alors, de lotir les efforts en paliers progressifs et cohérent de transformation du paysage applicatif et du modèle opérationnel.

 Construire un écosystème fiable de partenaires pour réussir

Une restructuration de l’entreprise ne se fait pas sans l’accompagnement de partenaires spécialisés et de confiance. Pour assurer un décloisonnement de l’entreprise en silos vers une stratégie orientée sur la performance industrielle, tout en intégrant les challenges technologiques dans les nouveaux outils i4.0, il est nécessaire d’élaborer la nouvelle chaîne de valeur et mesurer quelles sont les valeurs nécessitant un accompagnement poussé des partenaires. Par exemple, cela peut porter sur l’optimisation de l’usage de certains outils technologiques comme l’impression 3D, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, dans la stratégie globale de l’entreprise.

L'écart entre l'ambition des dirigeants du secteur et la transformation tangible reste réel et troublant. Peu d'organisations réalisent la transformation et l'ampleur nécessaires pour que de nouveaux niveaux de valeur puissent émerger. Au contraire, les programmes de pilotage cloisonnés prolifèrent. Les entreprises sillonnent la route de l’industrie 4.0 sans une vision claire de l’avenir. La surcharge des projets pilotes se dessine. Il est temps pour les dirigeants d’entreprise d’agir afin de ne pas manquer le virage du numérique. Pour assurer l’émergence d’un nouveau modèle économique, qui renforce leurs compétitivités, les industriels doivent adopter une approche stratégique et fondée sur la valeur d’Industrie 4.0. Ils ne doivent pas négliger le facteur humain qui reste la pierre angulaire de la réussite du projet pour concrétiser les opportunités technologiques en transformation des métiers.

[1] Etude KPMG publiée le 27/11/18 - A Reality check for C-Suite leaders on Industry 4.0 -

Autour du même sujet

5 facteurs clés pour élaborer une stratégie industrie 4.0 optimale
5 facteurs clés pour élaborer une stratégie industrie 4.0 optimale

Une transformation numérique audacieuse est freinée par des obstacles habituels, tels que le manque de leadership et d’orientation stratégique, la confusion, la peur des perturbations, les incertitudes quant au retour sur investissement … La...