Un rapport en faveur d'une réforme de l'intérim

Thomas Chaudron, ancien président du Centre des jeunes dirigeants, a remis à la demande du ministre du Travail, un rapport  sur les "tiers employeurs" et leur place sur le marché de l'emploi français. En clair, sont concernés les groupements d'employeurs (voir le dossier sur le multi-salariat), le prêt de main d'œuvre et l'intérim. Pour Thomas Chaudron, il s'agit de favoriser ces trois statuts, notamment par un assouplissement des législations. Il appelle ainsi de ses vœux la création d'une convention collective pour les groupements d'employeurs et la suppression de l'obligation d'accord collectif pour les entreprises de plus de 300 salariés souhaitant adhérer à un groupement. Concernant le prêt de main d'œuvre, il suggère qu'il ne soit rendu possible qu'aux entreprises pouvant justifier d'une expertise et d'une politique de développement des compétences des salariés.

Mais c'est sur l'intérim que les propositions sont les plus fortes. Il souhaiterait ainsi que le nombre de renouvellements possibles d'une mission d'intérim passe de un à trois, tout en restant dans la limite des 18 mois en cumul. Le délai de carence entre deux missions devrait être supprimé. Enfin, pour limiter les recours abusifs au travail temporaire, Thomas Chaudron suggère que la prime de précarité soit augmentée pour les contrats supérieurs à 6 mois. Le ministère n'a pas encore indiqué l'avenir de ces propositions.

Annonces Google