La retransmission de sports et d’esports en ligne doit trouver un nouvel élan pour aller plus loin

Les retransmissions live d'événements sportifs prennent de plus en plus souvent place sur le Web et les services OTT. Un enjeu majeur pour ces derniers.

6 minutes sur un an : c’est la baisse du visionnage de la télévision traductionnelle en direct et en replay constatée par Médiamétrie en 2018 en France (1). A contrario, Netflix affiche 4 millions d’abonnés en France. La télévision continue d’être mise sur le banc de touche au profit du streaming et des services OTT et les événements sportifs ne font pas exception à ce phénomène. Ces derniers sont maintenant diffusés de plus en plus en ligne afin d'atteindre un public plus large pouvant les visionner sur différents types d’appareils.

Cependant, ce passage à la diffusion en direct a mis en évidence le problème de latence, d’autant que la dernière Coupe du Monde a été particulièrement visionnée en streaming. Les fans ayant choisi ce mode de diffusion ont connu leurs lots de déceptions surtout lorsqu'ils ont reçu des « spoilers » des buts à venir sur les médias sociaux ou via des voisins exprimant leur joie (ou tristesse) de manière un peu trop audible. Des expériences comme celles-ci constituent un sérieux obstacle à la croissance de la diffusion en streaming d'événements sportifs en direct. Ainsi jusqu'à ce que le visionnage en ligne offre une diffusion véritablement en direct, 60 % des spectateurs continueront de s'en tenir à leur diffuseur traditionnel la prochaine fois qu'ils voudront regarder leur équipe jouer[2].

Poursuivant sur le thème de la retransmission en direct, une évolution majeure que l'on ne peut ignorer cette année a été la démocratisation et la croissance de l’eSport et des jeux en ligne. Twitch est devenu la plateforme le plus populaire auprès des jeunes internautes et notamment le jeu Fortnite Battle Royale avec 1,35 milliard d'heures de visionnage rien que sur Twitch représentant à lui tout seul 10 % du total d'heures de streaming diffusées[2]. Compte tenu de la nature numériquement native des fans et de la distribution actuelle, une grande partie de ce contenu va continuer à être diffusée en ligne à destination d’un public mondial.

La problématique liée aux performances pèse sur les services actuels. Une problématique qui ne cessera de s'intensifier à mesure que le nombre d'événements sportifs et d’eSports en direct diffusés augmentera et que des fonctionnalités supplémentaires seront ajoutées, requérant de faire appel à de nouvelles technologies. Il est donc impératif pour les diffuseurs de disposer d’une stratégie de distribution de contenu appropriée pour répondre à la demande croissante.

 Une nouvelle approche pour diminuer la latence

Internet n'a pas été conçu pour la diffusion en streaming de vidéos live. Les formats HTTP nécessitent le découpage de la vidéo en blocs, ce qui entraîne obligatoirement un temps de latence, aussi minime soit-il. Par extension, ils ne peuvent pas prendre en charge les besoins de fonctions additionnelles et synchronisées à l’événement et intégrées aux applications. Grâce à différents formats de diffusion en streaming comme le format WebRTC, il n'est plus nécessaire de découper les vidéos en blocs, supprimant par la même occasion une grande partie du temps de latence. Non seulement le format WebRTC promet d'offrir une véritable retransmission en live, mais il peut également permettre de profiter d'expériences de diffusion en streaming, comme regarder un événement entre amis ou recevoir une analyse et les statistiques du jeu en direct.

En ce qui concerne l'avenir des sports diffusés (ou non) en ligne, ces nouvelles capacités sont susceptibles de changer complètement l'attitude des spectateurs à l'égard du sport en ligne et augurent de sérieuses difficultés pour les actuels opérateurs de services de télévision payants sur la retransmission d'événements sportifs.

Pour les détenteurs de droits sur les événements sportifs, il s'agit d'une opportunité majeure qui les aidera à établir des relations plus significatives avec leurs clients en leur donnant de nouveaux moyens d'entrer dans l'action, en choisissant par exemple leur propre angle de prise de vue offrant ainsi des expériences de réalité augmentée et virtuelle, avec des fans pouvant ainsi regarder l'action comme s'ils étaient assis dans le stade.

Proposer plus d’interactions entre streaming vidéo & les réseaux sociaux

Avec l'avènement des médias sociaux, un nombre croissant de téléspectateurs regarde un contenu en streaming sur un écran tout en commentant et en s'engageant avec ce contenu sur un second écran, la plupart du temps leur mobile. L'idée de pouvoir réunir ces deux écrans en un seul flux existe depuis longtemps dans l'industrie et maintenant les progrès de la capacité de diffusion en direct permettent d’envisager cela comme une réalité très prochainement. Les supporters pourront avoir accès aux mêmes statistiques et aux mêmes informations que les experts en temps réel pendant qu'ils regardent le match. Une technologie similaire a été utilisée pendant le mariage royal d’Harry et de Meghan pour permettre aux spectateurs d'apprendre par exemple qui était assis dans les allées, leurs relations avec les mariés et, bien sûr, quel costume de designer ils portaient.

À l'inverse, un défaut d'investissement dans les technologies nécessaires ne pourra connaître qu'une fin inéluctable. La retransmission d'événements sportifs en ligne est un marché qui arrive à maturité, et pour lequel les spectateurs pardonneront moins facilement les failles constatées dans les premiers temps. Les supporters qui paient s'attendent à vivre l'expérience de la tribune, et la moindre erreur les renverra directement vers leurs chaînes de télévision payantes.

[1] https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/les-francais-boudent-la-television-la-faute-a-netflix-1618332.html
[2] Selon l'étude Limelight « État des lieux de la vidéo en ligne »

Autour du même sujet

La retransmission de sports et d’esports en ligne doit trouver un nouvel élan pour aller plus loin
La retransmission de sports et d’esports en ligne doit trouver un nouvel élan pour aller plus loin

6 minutes sur un an : c’est la baisse du visionnage de la télévision traductionnelle en direct et en replay constatée par Médiamétrie en 2018 en France (1). A contrario, Netflix affiche 4 millions d’abonnés en France. La télévision continue d’être...