Michèle Benzeno (Webedia) "Nous discutons avec Netflix pour diffuser certaines de nos productions à l'étranger"

La directrice générale en charge des revenus de Webedia détaille son repositionnement autour de la production de contenus.

Michèle Benzeno, la directrice générale en charge des revenus du groupe Webedia, était l'invitée de l'émission #Media, diffusée ce 20 juin à 12h30 sur le JDN. Elle a commenté le repositionnement du groupe qui édite des marques comme Allociné, Jeuxvideo.com ou Purepeople autour de la production de contenus et évoqué son développement à l'international.  Le point de départ ? La stratégie d'investissement du groupe dans l'influence marketing, initiée avec le rachat du réseau Mixicom en septembre 2015.

"Les communautés se sont déplacées il y a deux ans de façon significative vers Youtube, ce qui nous a amené à investir ce créneau. Aujourd'hui 7 des 10 chaînes les plus puissantes de Youtube sont incarnées par des talents de Mixicom. En passant d'un statut d'éditeur à celui d'agent de talents, nous avons pu accélérer sur l'internationalisation", explique Michèle Benzeno. Avec 4,5 milliards de vidéos vues chaque mois et 500 millions d'abonnés, Webedia est désormais dans le top 3 des plus grands réseaux d'influence au monde, derrière Disney et Machinima. Présent au Brésil, en Allemagne, en Espagne, au Mexique et aux Etats-Unis, le groupe réalise désormais 30% de son chiffre d'affaires à l'international (contre 50% de son audience)

Webedia, qui ambitionne de devenir un groupe de divertissement mondial, a par ailleurs décidé de se lancer dans la production de contenus. "Un métier qui ne s'improvise pas et qui requiert une exécution exemplaire", estime Michèle Benzeno. D'où  l'association avec des experts du sujet de la production audiovisuelle comme Elephant, la société d'Emmanuel Chain, pour co-produire des licences de distribution exclusives.  Pour renforcer sa présence sur l'une de ses verticales, les jeux-vidéo, Webedia a par ailleurs noué un partenariat avec l'éditeur de jeux Focus Home Interactive pour sa toute première co-production, "Fear The Wolves", prévue pour cette année

Le groupe, qui ne s'interdit pas de prendre en charge 100% de futures productions, a une dizaine de projets similaires dans les tuyaux, pour des tickets variant entre 300 000 euros et 6 millions d'euros. A chaque fois, l'enjeu est de trouver un distributeur, qu'il s'agisse d'une plateforme de SVOD, d'une chaîne ou d'une marque. "Nous discutons avec Netflix aux Etats-Unis et au Brésil pour diffuser certaines productions Webedia."

Et toujours :

Annonces Google