Twitter perd son PDG... et veut se réinventer

Twitter perd son PDG... et veut se réinventer Dick Costolo vient de démissionner alors que la plateforme de micro-blogging, en pleine crise de croissance, essaie à tout prix de se relancer.

Avis de tempête du côté de San Francisco où Twitter, qui navigue en eaux troubles depuis fin avril et la publication de résultats financiers décevants, vient de perdre son capitaine. La plateforme de micro-blogging vient en effet de publier un communiqué de presse annonçant la démission son PDG, Dick Costolo, qui quittera donc le navire le 1er juillet 2015 après près de 5 ans à sa tête. Un départ qui n'a été commenté par aucun des intéressés mais qui n'est, au final, que le dernier symptôme du mal qui ronge aujourd'hui Twitter : le déclin progressif de sa croissance. 

Une croissance de l'audience qui ne cesse de décliner 

Car on reproche aujourd'hui moins à la plateforme ses pertes qui se creusent (578 millions de dollars pour l'année 2014) que son incapacité à changer de braquet et pouvoir rivaliser avec un Facebook dans la course à l'audience que tous deux mènent. La société créée par Marc Zuckerberg compte en effet près d'1,4 milliard d'utilisateurs à ce jour contre à peine 302 millions pour Twitter... qui s'est même fait dépasser sur cet indicateur par Instagram fin janvier. Un constat d'autant plus inquiétant que le rythme d'acquisitions de nouveaux utilisateurs ne cessent de décliner comme en atteste ce graphique créé par les équipes de BI Intelligence, avec une croissance annuelle qui est passée de 50% en 2012 à 18% en 2014. 

bi
Evolution de la croissance des audiences de Twitter.  © BI Intelligence

Le responsable du fonds Lowercase Capital et actionnaire de Twitter, Christopher Sacca, ne dit pas autre chose dans une note d'analyse intitulée "Ce que Twitter pourrait être" dans laquelle il rappelle que près d'1 milliard d'utilisateurs ont testé Twitter et n'y ont pas fait long feu. La principale raison ? Beaucoup trouvent le service bien trop difficile d'utilisation. Un ésotérisme que nous rappelions déjà il y plus d'un an dans un article qui se demandait si Twitter n'était pas condamné à rester un site de niche. Tout simplement parce que la plateforme a, jusqu'à il y a peu, été toujours améliorée de façon à satisfaire les "power users", ce noyau d'utilisateurs très engagés et très au fait des différentes fonctionnalités de la plateforme de microblogging. "Malheureusement, la plupart de ces fonctionnalités sont autant de complications qui incitent les utilisateurs normaux à faire marche-arrière", regrette Christopher Sacca. 

Pour le spécialiste du capital risque, Twitter ne réussira à percer que s'il réussi comprendre que non, les tweets les plus récents ne sont pas toujours les meilleurs et que non, les personnes que nous suivons ne postent pas toujours les meilleurs tweets. Deux logiques qui ont constitué les fondements de Twitter. Deux logiques dont Twitter semble aujourd'hui s'affranchir en témoigne les lancements récents de "Instant Timelines", du format "Pendant que vous étiez absent" ou même de "Highlights for Android"... Autant de produits qui permettent à Twitter d'élargir ses horizons en facilitant la découverte de contenus intéressants. 

Débordée de toute part, par Instagram mais pas que, la plateforme tire aujourd'hui à tout va. Twitter a ainsi annoncé la suppression de la limite de 140 caractères pour les messages privés (DM) qui passera à 1000. Une annonce qui fait suite à celle de la possibilité de recevoir des DM de tout le monde et celle de l'arrivée des discussions de groupe. Difficile de ne pas y voir une réponse à la montée en puissance des WhatsApp, Snapchat et consorts. Twitter ayant jusque-là snobé, à tort sans doute, le segment de la messagerie instantanée. C'est sans doute cette voie là que devra suivre le successeur de Dick Costolo. Un successeur qui "utilise vraiment le produit et l'aime", a expliqué le cofondateur du service de micro-blogging, Jack Dorsey (qui s'occupera de l'intérim) à Bloomberg

Passées ces considérations "core business", on note d'autres signes positifs avec l'acquisition récente de Periscope qui a atteint le million d'utilisateurs en un temps record et le récent accord signé avec Google qui permet l'intégration des tweets aux résultats de recherches. Google dont il se dit qu'il serait plus que jamais intéressé par l'acquisition de Twitter...

Annonces Google