Palm présente un téléphone tactile sous Linux

A l'occasion du CES, Palm a présenté son nouveau smartphone sous la dernière version de son OS Linux, WebOS. Au sommaire : écran tactile multipoint, clavier, kit de développement et batterie amovible.

Palm est un ancien champion de la téléphonie mobile et plus particulièrement des PDA. Depuis, Microsoft, avec son Windows Mobile ,est venu bouleverser ses positions. L'éditeur s'est en outre laissé dépasser par le rythme d'innovation imposé par d'autres concurrents, et notamment Apple avec l'iPhone, mais aussi RIM.

Palm est nettement en perte de vitesse. Ses derniers résultats trimestriels n'en sont que la confirmation : ventes en recul de 13%, chiffres d'affaires en chute libre de 39% à 171 millions de dollars. Une situation qui a déjà poussé la direction de l'entreprise à solliciter son principal actionnaire, Elevation Partners, à hauteur de 100 millions de dollars.

Mais les transfusions de capital ne peuvent à elles seules assurer la pérennité de Palm. L'américain arrive donc au grand salon de l'électronique, le CES 2009, avec deux nouveautés et des innovations. Et chez Palm, on soigne la symbolique. C'est Jon Rubinstein, un ancien de la division hardware d'Apple, qui s'est attelé à la tâche de présenter un nouveau téléphone, le Palm Pre, ainsi que le dernier OS, WebOS.

palm pre
Palm Pre © Palm

Cette nouvelle plateforme est développée autour d'un noyau Linux. Les OS mobiles Open Source ont définitivement la cote, notamment en raison des possibilités en matière d'écosystème applicatif. Comme Google et Android, Palm a déjà confirmé son intention de lancer une place de marché d'applications pour WebOS. Pour concevoir des logiciels, les développeurs disposeront d'un kit de développement, un SDK : Mojo.

Mojo sera disponible en téléchargement sur Palm Developer Network dans l'année - sans plus de précision de la part de Palm. Sur un plan technologique, le SDK permettra la conception d'applications basées sur des standards, parmi lesquels XHTML, CSS et JavaScript. Les développeurs auront également la possibilité de migrer des logiciels compatibles avec les précédentes versions de Palm OS. L'éditeur n'a toutefois apporté aucune précision sur ce point, ni si les performances de ces applications seront affectées par le basculement sur WebOS.

Palm avec WebOS et surtout le premier téléphone, le Pre, équipé du nouveau système, espère réussir son retour aux premières places, mais cette fois sur le créneau des smartphones. Un marché très concurrentiel sur lequel Apple, RIM et Google se disputent déjà l'innovation.

touchstone palm
Chargeur à induction magnétique (Touchstone). © Palm

Côté matériel, Palm profite de l'expérience de ces rivaux et présente un terminal combinant écran tactile multipoint de 3,1 pouces (480*320 de résolution) et clavier coulissant. Un écran qui supportera aussi bien une navigation au stylet ou au doigt. En outre, tout comme le Storm de RIM et l'iPhone, le Palm Pre dispose de l'accéléromètre permettant de passer du mode portrait au mode paysage.

En termes de connectivité, le Pre gère la 3G, le Wi-Fi (802.11 b/g) et le Bluetooth 2.1. Il embarque également 8 Go de mémoire Flash, une puce GPS, un appareil photo 3 mégapixels, un port MicroUSB, une prise Jack et un port USB 2.0. Ce dernier sert d'ailleurs à la fois pour la synchronisation et la recharge. Palm, attentif aux critiques adressées à Apple, a équipé son terminal d'une batterie amovible. Batterie qui en outre pourra être rechargée à distance via un chargeur à induction magnétique (Touchstone).

L'apparence globale du Palm Pre, combinée à un OS Linux, n'est pas sans rappeler le HTC G1, le premier téléphone sous Android. Pour en juger, il faudra attendre plusieurs mois encore. Le smartphone est annoncé aux Etats-Unis durant le premier semestre 2009, exclusivement auprès de l'opérateur Sprint. En ce qui concerne son prix : silence également de Palm. Mais il paraît vraisemblable que Palm s'efforcera de s'aligner sur les prix pratiqués pour le BlackBerry, le HTC G1 et l'iPhone d'Apple.

Annonces Google