Gestion d'offres de souscription : Zuora lève 115 millions de dollars

Gestion d'offres de souscription : Zuora lève 115 millions de dollars Tien Tzuo ne cesse de surprendre. Sa société qui se spécialise dans les applications de gestion d'offres de souscription et de location conclut une levée de fonds... de pré- IPO.

Editeur d'applications SaaS de gestion d'offres de location et de souscription, Zuora lève 115 millions de dollars. Pour l'occasion, la société accueille plusieurs nouveaux actionnaires : Wellington Management Company LLP et Blackrock, mais aussi Premji et Passport Capital. Les actionnaires historiques de Zuora ont également remis au pot. Et parmi eux figurent rien moins que Benchmark Capital, Greylock, Redpoint, Index, Shasta, Vulcan Capital (fonds créé par Paul Allen), Next World Capital. Sans oublier Dave Duffield, co-fondateur et président du conseil d'administration de Workday, et Marc Benioff, fondateur et PDG de Salesforce. Avec cette nouvelle opération, les fonds levés par Zuora depuis sa création en 2007 s'élèvent à 250 millions de dollars.

Objectif : atteindre 800 à 850 salariés fin 2015

Fort de ce nouvel apport, la société de Tien Tzuo entend renforcer son développement international. "C'est une dynamique que nous avons amorcée en 2014, et que nous allons pouvoir accélérer dans les mois à venir, notamment dans les zones du monde où nous sommes déjà installés", commente Marc Diouane, président de Zuora. L'éditeur est déjà présent à Atlanta, Londres, Paris, Munich, Beijing, Amsterdam, Vienne, Sydney, Copenhague et Stockholm. Pour renforcer cette présence mondiale, mais aussi la R&D, Zuora annonce un plan de recrutements de 300 à 350 collaborateurs sur 2015. "L'objectif est ainsi de porter notre effectif à 800-850 collaborateurs en fin d'année", précise Marc Diouane.

Une entrée en bourse dans le viseur

Une entrée en bourse est-elle prévue ? "C'est un objectif, mais pas une finalité", souligne Marc Diouane. "Aujourd'hui, nous présentons toutes les exigences pour entrer sur le marché public : nous atteignons une certaine taille critique, un revenu annuel récurrent de l'ordre d'au moins 100 millions de dollars, et plus de 700 clients." Mais Zuora préfère ne pas communiquer sur une feuille de route plus précise. "Tous les critères sont là. Nous pourrons donc choisir le meilleur moment pour réaliser l'opération", confie Marc Diouane.

Un objectif de 300 à 400 millions de dollars de revenu récurrent

Pour l'heure, Zuora préfère se concentrer sur ses enjeux 2015. "L'économie de la souscription touche désormais tous les secteurs, et pas seulement la musique, les télécoms ou la presse", insiste Marc Diouane. Banque, assurance, industrie, transport, automobile... "La mutation de l'économie vers les services, qui viennent enrichir les produits, est partout. C'est une mutation profonde l'économie", poursuit le président de Zuora. Fort de ce constat, Zuora espère atteindre 300 à 400 millions de dollars de revenu récurrent d'ici 3 ans.

Pour relever ce défi, la société de Tien Tzuo compte notamment mettre en avant les capacités de sa technologie en matière d'analyse de l'expérience client. "L'enjeu pour nous est de donner la capacité de suivre le comportement du client pour permettre d'optimiser ensuite l'offre de services et les tarifs, et ainsi fidéliser ou réaliser de nouvelles transformations. Le tout le plus rapidement possible, via notre moteur de facturation", détaille Marc Diouane. Au sein de l'offre de Zuora, l'analytics fait ainsi, et de plus en plus, figure de fonction clé, tout comme la capacité à intégrer des données tierces (web, sociale...)

Zuora dispose d'un bureau en France depuis 9 mois. De 8 personnes aujourd'hui, son effectif va passer à une quinzaine de salariés d'ici la fin de l'année. La société américaine revendique plusieurs références en France, parmi lesquelles figurent quelques groupes de renom (dont GDF, Schneider Electric, Sidetrade ou encore Neopost).

A lire aussi :

Annonces Google