Oodrive lève 65 millions d'euros pour s'imposer en Europe face à Box

Oodrive lève 65 millions d'euros pour s'imposer en Europe face à Box Le spécialiste français du stockage de fichiers en mode cloud entend combiner croissance organique et croissance externe. Objectif : passer le cap des 500 salariés dès 2018.

Star française du stockage de fichiers en mode SaaS, Oodrive vient d'annoncer avoir bouclé une levée de fonds de 65 millions d'euros. Elle a été réalisée auprès de trois fonds d'investissement, tous français : Tikehau Capital, MI3 et NextStage. L'opération porte à environ 83 millions d'euros les fonds levés par la société depuis sa création en 2000. Comptant 350 salariés, Oodrive dont l'un des principaux concurrents identifiés n'est autre que l'Américain Box revendique 15 000 organisations clientes réparties dans plus de 90 pays. En France, son offre équipe 80% des groupes du CAC40.

Les trois cofondateurs d'Oodrive : de gauche à droite, Cédric Mermilliod, Stanislas de Rémur (PDG) et Edouard de Rémur. © Oodrive

"Le montant est conséquent. C'est la levée la plus importante jamais réalisée par un éditeur de logiciel français non coté. Avec ce tour de table, nous prouvons qu'il est possible de réaliser en France des levées supérieures à 30 millions d'euros", souligne Stanislas de Rémur, cofondateur et PDG d'Oodrive. "De par notre positionnement dans le stockage de données sensibles en France et en Europe, il était primordial pour nous de signer avec des fonds exclusivement européens. Dans certains pays, il est possible de faire n'importe quoi avec les données sensibles. Ce n'est pas le cas en Europe. Ce choix est un gage d'indépendance vis-à-vis de nos clients."

Fort de son nouvel apport, Oodrive prévoit d'abord de renforcer ses équipes techniques et commerciales. "Notre R&D devrait passer rapidement de 150 à 200 ingénieurs", indique Stanislas de Rémur. Sur ce terrain, la société entend notamment plancher sur une meilleure intégration de ses différentes offres. Oodrive commercialise des produits de sauvegarde et d'archivage, mais aussi des outils de collaboration autour du document... sans oublier des déclinaisons métiers (pour les médias, le BTP, les conseils d'administration...).

Cap sur les 500 salariés dès 2018

Pour booster son développement, Oodrive compte aussi miser sur la croissance externe. Un levier que la société parisienne prévoit notamment d'actionner pour se déployer dans d'autres pays européens. "Nous allons prospecter en priorité en Belgique, en Suisse et en Allemagne. C'est-à-dire dans des pays où la confidentialité des données est prise très au sérieux", précise Stanislas de Rémur.

L'éditeur anticipe par ailleurs l'entrée en vigueur du nouveau Règlement général européen sur la protection des données. Un texte qui impose aux pays de l'UE de renforcer à partir de 2018 leur législation autour de la protection des données personnelles. "Nous souhaitons saisir cette opportunité pour nous imposer en Europe comme l'alternative incontournable aux solutions non conformes à la réglementation. Notre objectif est de devenir leader européen dans notre domaine", insiste Stanislas de Rémur.

En associant croissance organique et croissance externe, Oodrive pourrait atteindre un effectif de 500 salariés dès 2018 anticipe dès lors le PDG. 

La société ne communique pas son chiffre d'affaires 2016. En 2015, elle avait réalisé un CA de 37 millions d'euros et précisait alors tabler sur 42 millions d'euros l'année dernière.

A lire aussi :

Oodrive

Annonces Google