Les data centers français de Microsoft en version finale d'ici fin mars

Les data centers français de Microsoft en version finale d'ici fin mars Fin 2016, l'éditeur avait annoncé son intention de doter son cloud de deux "régions" dans l'Hexagone : l'une en Ile-de-France, l'autre à Marseille. Elles seront disponibles en version finale d'ici fin mars.

Microsoft avait annoncé dès octobre 2016 son intention de doter son cloud de centres de données en France. L'éditeur précisait d'emblée vouloir les répartir sur deux "régions", l'une située en Île-de-France (baptisée France Central) et l'autre à proximité de Marseille (France South). Elles sont accessibles en préversion depuis décembre (lire le post officiel de cette annonce). Microsoft France vient d'annoncer que leur disponibilité en version finale sera effective d'ici fin mars.  La filiale précise que l'ensemble de l'infrastructure représente un total de quatre data centers. L'offre Azure (IaaS, PaaS, Machine Learning...) ainsi qu'Office 365 seront d'emblée disponibles sur ces régions, avec à la clé l'ensemble des données clients sous-jacentes hébergées sur le sol français.

Ces nouvelles implantations portent à 42 le nombre de régions Azure à travers le monde. Elles viennent enrichir le réseau de centres de données déjà bien fourni de l'éditeur en Europe. Sur le Vieux Continent, le groupe disposait déjà d'infrastructures en Irlande (à Dublin), aux Pays-Bas (à Amsterdam), mais aussi au Royaume-Uni (à Londres et Cardiff) et en Allemagne (à Francfort et Magdeburg). Microsoft revendique à ce jour un réseau de quelque 100 data centers répartis dans 40 pays. Sachant que quatre autres régions sont encore en chantier : deux en Afrique du Sud et deux en Australie. 

Quatre data centers au total

"Ce nouveau cloud de Microsoft en France offre les mêmes standards de performance et de fiabilité de niveau entreprise que les clients attendent partout dans le monde, combinés à la localisation des données sur le sol français", explique Tom Keane, patron de l'infrastructure globale de Microsoft Azure. La région France Central se compose de trois data centers (ou zones de disponibilité), et la région France South d'un centre de données. Chacune est équipée de ses propres alimentations électriques, réseaux et systèmes de refroidissement.  "Ce qui permettra de fournir une solution robuste de continuité d'activité, avec à la clé une garantie de disponibilité de 99,99%", ajoute Tom Keane.  

Carte issue du site de Microsoft identifiant la localisation des data centers d'Azure en France. © Capture

Comme c'est déjà le cas pour d'autres régions d'Azure, Microsoft va mettre en place une politique tarifaire localisée. Les prix affichés sur la France ne devraient pas être tout à fait les mêmes que ceux pratiqués par l'éditeur en Allemagne, en Angleterre ou aux Pays-Bas. Ils seront officialisés au terme de la phase de préversion. 

Talentsoft teste déjà son application en France

Comme l'ensemble des régions d'Azure à travers le monde, les deux régions françaises du groupe seront directement pilotées depuis les Etats-Unis, et juridiquement dépendantes de Microsoft Corporation (et pas de la filiale française de l'entreprise). Un rattachement qui n'empêche pas Microsoft de mettre en conformité ses offres cloud, en fonction du lieu d'hébergement, avec les réglementations locales sur les données. Ce sera aussi le cas pour les deux régions françaises. 

Amazon Web Services aussi dans le course en France

On sait que des partenaires de Microsoft ont d'ores et déjà pu accéder aux régions françaises d'Azure. C'est notamment le cas d'Alter Way, mais aussi de Talentsoft. Historiquement hébergée par le cloud américain, l'application SaaS de gestion des talents de l'éditeur de Boulogne-Billancourt est en test sur les infrastructures d'Azure dans l'Hexagone depuis déjà quelques mois.  Au sein de Microsoft France, la coordination locale du projet d'implantation des centres de données a par ailleurs été gérée par Marc Gardette, directeur de la stratégie cloud de la filiale depuis 2003, puis Alfonso Castro, qui lui a succédé à ce poste au début de l'été dernier.

L'arrivée d'Azure en France suit de peu celle d'Amazon Web Services (AWS). AWS a officiellement ouvert une région française en décembre dernier. Portant à 49 le nombre de régions du groupe dans le monde, elle vient compléter en Europe des data centers déjà installés en Allemagne, en Irlande et au Royaume-Uni.  Une cinquantaine de services y sont proposés, parmi lesquels EC2, S3, ESB, Aurora, Cloudfront ou encore l'environnement serverless Lambda. 

A lire aussi : 

Microsoft / Azure

Annonces Google