Sage mise sur le IaaS d'Azure comme levier d'innovation

L'éditeur annonce adosser la déclinaison SaaS de son ERP à destination des PME au IaaS de Microsoft. Derrière ce choix stratégique se cache le défi de convaincre les utilisateurs d'outils internalisés de basculer en ligne.

Sage est positionné depuis plusieurs années déjà sur le segment du SaaS (pour Software as a Service). Le spécialiste de l'ERP pour PME / TPE a notamment lancé en 2011 Sage One. Une offre qui cible les très petites entreprises, qui ne disposent pas forcément encore de solutions comptables, avec à leur tête des dirigeants généralement jeunes, et donc réceptifs à ce nouveau modèle de distribution en ligne. Disponible au Royaume-Uni, et plus récemment en Allemagne et Espagne, Sage One vient tout juste d'être lancé en France.

Avec Azure, les données des clients de Sage seront localisées dans l'UE

Avec pour objectif de monter en puissance sur ce nouveau segment, l'éditeur britannique planche sur une nouvelle solution SaaS, qui ciblerait cette fois les PME de 20 à 100 salariés. "Cette offre ne sera pas seulement basée sur le PaaS Azure, mais aussi sur le IaaS de Microsoft" confie André Brunetière, directeur R&D et Stratégie et membre du comité de direction de Sage France. "Notre principal défi avec cette deuxième offre sera de convaincre des entreprises plus importantes, donc déjà équipées en systèmes internalisés comptables, de facturation et de paie." 

Et face à des sociétés misant donc sur un système acquis et souvent déjà amorti, "l'argument du coût ne suffira pas", estime-t-on chez Sage. D'où l'idée de proposer derrière cette nouvelle application, hébergée et tarifée par abonnement, une valeur ajoutée supplémentaire qui fera la différence, avec un service novateur et doté d'une ergonomie repensée pour les nouvelles interfaces.

Pourquoi avoir opté pour Azure ? Les solutions Sage reposaient déjà sur les technologies Microsoft (Windows et SQL Server). "Il était donc logique en termes techniques et de compétences de nous orienter vers Azure", commente André Brunetière. Autre critère de choix qualifié de fondamental : la présence de data centers Azure en Europe. Difficile en effet pour Sage d'héberger les données comptables de ses clients européens en dehors des frontières de l'UE.

Un partenariat avec Microsoft qui demeure stratégique

Mais, ce nouveau partenariat avec Microsoft va bien au-delà du périmètre du SaaS. Affichant une cible de clientèle commune, les PME, les deux acteurs ont effet décidé de plancher ensemble sur la mutation de leur technologie respective, en matière de cloud et de mobilité, en vue de mieux cibler ce segment de clients. Une démarche qui aurait d'ailleurs était impossible avec d'autres acteurs du cloud, comme Amazon, "moins présent dans l'entreprise et sans stratégie particulière à destination des petites et moyennes entreprises", estime André Brunetière.

"Microsoft a réécrit la suite Office pour le cloud et le tactile avec Office 365. Nous envisageons dans la même logique de proposer dans l'avenir des apps Windows 8 tactiles pour les commerciaux nomades, mais aussi pour la saisie des notes de frais en mobilité", poursuit-il. En ligne de mire : proposer un maximum de valeurs ajoutées supplémentaires autour de la nouvelle offre SaaS.

Annonces Google