Les DSI face au défi de la migration vers le Cloud La sécurité, enjeu clé de la migration vers le Cloud

Derrière les atouts du Cloud, les problématiques liées à la sécurité des informations stockées restent très fortes. C'est un des nombreux thèmes abordés lors d'une conférence (Les DSI face au Cloud : comment migrent-ils ?) qui s'est tenue à l'occasion de la 3e édition du salon Cloud Computing World Exp, organisé les 28 et 29 mars 2012 au CNIT de la Défense.

La place des boîtiers de chiffrement physiques en question


'c'est à la dsi en interne de fédérer les identités' (frédéric charles -
"C'est à la DSI en interne de fédérer les identités" (Frédéric Charles - Lyonnaise des Eaux) © CCM Benchmark / Dominique Filippone

"On est confrontés à de vrais enjeux de sécurité lors de la la migration des données, d'une infrastructure IT traditionnelle vers le Cloud. L'adhérence forte des boîtiers de chiffrement physiques au système d'information est un premier défi. Avec le Cloud, se posent de nouvelles questions auxquelles on n'a pas toujours les réponses : comment déplace-ton une clé d'un datacenter à un autre, comment intégrer la sécurité et le chiffrement de manière physique...", s'est interrogé Marc Delafosse, responsable infrastructure à la Direction Générale de la Modernisation de l'Etat.

Les dirigeants moins conscients des dangers que les DSI


Autre aspect sur lequel les DSI peuvent être amenés à s'interroger sur les limites du Cloud : la question de la gestion des identités. "Je refuse que les fournisseurs gèrent les utilisateurs à ma place. Il est hors de question d'avoir un utilisateur déclaré chez Google, un autre chez Salesforce, etc. C'est à la DSI en interne de fédérer les identités d'autant que les utilisateurs n'ont pas à savoir quel fournisseur se cache derrière telle application qu'on leur propose. Le seul engagement sur lequel ils veulent voir le DSI se positionner, c'est que ça marche", a expliqué de son côté Frédéric Charles, responsable stratégie et gouvernance du système d'information au sein de la Lyonnaise des Eaux.

"Il y a toujours une part de réticence à se tourner vers le Cloud, mais on constate que les dirigeants d'entreprise ont finalement moins conscience des éventuels dangers que les responsables informatiques, confrontés au quotidien aux vers, virus", remarque quant à lui Olivier Parcollet, DSI-adjoint chez TAO Keolis Orléans.