Le Big Data resterait-il encore un mythe ?

Au sein de leurs systèmes Analytics, seules 16% des entreprises européennes affichent un volume de données de plus de 50 téraoctets, niveau généralement associé au Big Data. C'est là l'une des conclusions d'une étude de Steria.

SFR, Crédit Mutuel Arkéa, Criteo, Chorus... La France compte déjà plusieurs grandes initiatives abouties et bien connues en matière de Big Data. Est-ce là l'arbre qui cache la forêt ? Le mouvement du Big Data serait loin encore de s'être généralisé à la majorité des entreprises. Une étude de Steria vient confirmer cette vision.

"Seulement 16 % des entreprises possèdent un volume global de données de plus de 50 téraoctets à analyser, niveau généralement associé au Big Data", constate la SSII. Pire, 44% des 668 sociétés européennes interrogées par Steria stockent même moins de 5 téraoctets dans leurs bases de données analytiques... On est très loin du compte.

big data
Volume de données à analyser au sein des entreprises européennes. © Steria

Mais il est fort à parier que les volumes de données à analyser vont croître, notamment à la faveur de la montée en puissance du stockage d'informations non-structurées (issues par exemple des outils d'analytics web et sociaux). Reste à savoir dans quelle proportion.

Face à cette question, 50% des répondants affirment s'intéresser de près au Big Data. Les usages envisagés sont assez larges. "On retrouve, entre autres, une compréhension approfondie et précise du métier via des analyses améliorées des tendances du marché et la segmentation de la clientèle, ainsi qu'une meilleure planification", détaille Steria (cf. le graphique ci-dessous), tout en reconnaissant qu'aucun favori ne ressort de ces scénarios d'utilisation. Finalement, seuls 7% des participants considèrent le Big Data comme un sujet réellement d'actualité.

big data 2
Utilisations identifiées par les entreprises européennes des technologies de Big Data. © Steria

Globalement, force est de constater tout de même une attente plus importante des métiers que des départements informatiques vis-à-vis du Big Data. 30% des personnes issues du métier considèrent par exemple la gestion de données en masse comme un moyen de mieux segmenter la clientèle, contre 23 % du côté des répondants IT. "Il semble que les utilisateurs métiers associent le Big Data aux options d'analyse complète pour les données web et les réseaux sociaux afin de progresser vers une connaissance à 360° du client", commente Steria sur ce dernier point.

Méthodologie : Les indicateurs présentés dans cet article sont issus d'une étude de Steria réalisée au premier semestre 2013 auprès de 668 entreprises originaires de 20 pays d'Europe. Elle a été effectuée auprès de PME comme de grandes entreprises principalement issues quelques secteurs d'activité : l'informatique (22%), l'industrie (18%) et le secteur public (13%), et dans une moindre mesure la construction, l'immobilier, l'édition et le droit.

STERIA / Big Data

Annonces Google