Cyberattaque de TV5 : le gouvernement réagit

La chaîne francophone a fait l'objet d'une attaque d'une rare ampleur revendiquée par des djihadistes.

TV5 Monde a cessé d'émettre dans la nuit de mercredi, à partir de 22 heures, jusqu'à ce jeudi 9 avril  à 1 heure du matin. La chaine a aussi perdu le contrôle de ses comptes sur Facebook et Twitter. Egalement touché, le site Web du groupe a été défacé. Il est toujours, ce matin encore, "en maintenance". Autant de piratages qui ont permis aux attaquants de diffuser des messages de soutien à l'Etat islamique.  

Peu d'éléments techniques sont pour l'heure connus, mais l'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste Cyber Caliphate, qui avait déjà pu prendre le contrôle des comptes Twitter de médias, et notamment celui de Newsweek aux Etats-Unis. Mais là, "si même l'antenne a été touchée, on dépasse largement les piratages précédents de réseaux sociaux, l'attaque a dû être très profonde", commentait, à chaud, le spécialiste Gérôme Billois de Solucom.

Peu après minuit, Hélène Zemmour, directrice du numérique de TV5 Monde, évoquait en effet une attaque "inédite". La page Facebook a pu être nettoyée peu après. Mais "nos systèmes ont été extrêmement détériorés" par cette attaque "d'une puissance inouïe" a dit de son côté à l'AFP Yves Bigot, directeur général de TV5Monde. Le retour à la normale "va prendre des heures, voire des jours", a-t-il ajouté.

Jeudi matin, le premier ministre Manuel Valls dénonçait sur Twitter "une atteinte inacceptable à la liberté d'information et d'expression". Trois ministres, de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Culture se sont rendus au siège de la télévision francophone. Bernard Cazeneuve a annoncé qu'une enquête était lancée, et qu'il voulait qu'elle aboutisse rapidement. Fleur Pellerin souhaite de son côté réunir dès cet après-midi ou demain les patrons des "grands médias audiovisuels et même peut-être de presse écrite" pour évoquer la sécurité informatique de leur groupe.

 

Annonces Google