L'INA file à l'anglaise avec la traduction automatique de documents Un extranet au service de 7 500 professionnels de l'audiovisuel

Une fois la phase de choix de solution achevée, un site extranet pilote a alors été mis en place auprès d'une cinquantaine d'utilisateurs tests en 2003, sur une durée de 6 mois. Cette opération a nécessité l'implication complète tant des équipes de Softissimo que celles de prestataires externes clés.

"Alors que l'éditeur a travaillé avec nous sur la partie consacrée au chantier de la traduction automatique, nous avons sous-traité à différentes sociétés la création de la charte graphique, le cahier des charges techniques et les développements informatiques. La conception marketing, éditoriale et fonctionnelle du site ainsi que la réalisation des pages Web du site extranet ont en revanche été réalisées en interne", fait savoir Béatrice Schneider.

"Nombreux sont les professionnels qui aimeraient avoir accès en temps réel à l'état des droits d'auteur en cours" (Béatrice Schneider - Chef de projet MOA à l'INA)

Une mise en œuvre, qui a donné lieu à l'ouverture en février 2004 du site Inamediapro en français et 2 mois plus tard à sa version anglaise, et qui s'est accompagnée d'une nécessaire reformalisation des méthodes de travail des équipes commerciales et documentaires de l'INA. Et ce, pour être en mesure de faire face à l'augmentation de la charge de travail dû à un accroissement prévisible des ventes et de la demande d'informations directement liés à la vente de contenus.

"Parmi les 7 500 professionnels qui sont aujourd'hui accrédités pour venir consommer rechercher du contenu sur notre portail extranet, nombreux sont ceux qui aimeraient avoir accès à une fonctionnalité les informant en temps réel de l'état des droits d'auteur en cours sur un programme ou une séquence", précise Béatrice Schneider.

Une demande à laquelle l'INA ne peut en tout état de cause pas satisfaire en raison de contraintes trop importantes en termes de gestion de la propriété intellectuelle qui demanderait du temps et des équipes supplémentaires pour un retour sur investissement loin d'être nécessairement au rendez-vous. Mais l'INA aura pris soin de répondre à d'autres préoccupations d'évolutions de son système de traduction.