Technip remet à plat sa stratégie d'e-achat Une méthodologie d'implémentation rigoureuse en 4 lots distincts

Après avoir jeté son dévolu sur la solution full-Web d'e-achats Ivalua Buyer - rebaptisée pour l'occasion en interne - EPC Business successor -, Technip s'est ensuite naturellement attelé à la phase de mise en œuvre de sa solution.

Pour l'aider dans cette tâche, le groupe a fait appel aux compétences de l'éditeur et de 4 de ses consultants pour épauler son équipe projet composée de 5 collaborateurs, auxquels sont venus s'ajouter pour les phases de revue des spécifications fonctionnelles, une douzaine de contributeurs missionnés à temps partiel.

"La dématérialisation des étapes du processus d'appel d'offres est réalisée par le biais d'une interface commune" (Renaud Perriguey - Chef de projet IT chez Technip)

"La méthodologie d'implémentation en 4 lots a induit des recouvrements entre les phases de spécification et de développement, mais les phases de définitions fonctionnelles majeures se sont achevées en août 2007, avant d'être suivies par celles des tests de recette qui ont débuté en octobre 2007, et de la mise en production en avril 2008", évoque Renaud Perriguey, chef de projet IT chez Technip.

A des années lumières des 70 utilisateurs-testeurs des débuts, ce sont aujourd'hui 700 utilisateurs en interne et plus de 3 500 fournisseurs extérieurs qui sont amenés à recourir quotidiennement ou plus occasionnellement à Ivalua Buyer.

Sachant qu'en interne, ce sont les membres des équipes achat - agissant le plus souvent en binômes - qui sont en premier lieu concernés. Ces derniers étant composés d'un acheteur et d'un ingénieur intervenant dans le cadre des procédures d'appels d'offres.

"Technip est à l'origine de multiples appels d'offres complexes impliquant acheteurs et ingénieurs spécialistes en charge des spécifications techniques. Pour ce faire, les modules e-sourcing ont été déployés pour permettre aux utilisateurs de dématérialiser toutes les étapes du processus d'appel d'offres par le biais d'une interface commune favorisant le travail collaboratif", explique Renaud Perriguey.

Autour du même sujet