Porte dérobée : Microsoft ouvre un centre de transparence à Bruxelles

Redmond lance un nouveau centre qui veut prouver aux gouvernements de la zone EMEA que ses logiciels ne contiennent pas de portes dérobées facilitant la surveillance.

Soupçonné de faciliter la surveillance de la NSA, Microsoft vient de lancer un "centre de transparence" à Bruxelles pour prouver que ses produits ne contiennent pas de portes dérobées. Cette nouvelle structure veut plus exactement offrir "aux gouvernements en Europe, mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique un emplacement idéal pour montrer son engagement de transparence", explique Microsoft.

L'éditeur avait déjà ouvert un tel centre à Redmond il y a un an, mais c'est le premier en Europe. Il devra permettre d'analyser le code source des produits-phare du géant, comme Windows 8.1, Windows 7, Windows Vista, Office, Windows Server Lync, et SharePoint 2010. Plusieurs gouvernements nationaux du Vieux Continent, mais aussi la Commission européenne ont d'ores et déjà rejoint le programme permettant aux administrations d'étudier le code source des solutions de Microsoft, baptisé GSP (pour Government Security Program).

Annonces Google