Résultats annuels de Devoteam : "notre virage stratégique fonctionne"

Résultats annuels de Devoteam : "notre virage stratégique fonctionne" Repositionné sur le cloud et la transformation numérique, Devoteam se félicite de résultats qui révèlent une belle hausse du bénéfice net. Explications de son co-président.

Devoteam vient de publier ses résultats annuels 2014. Son chiffre d'affaires annuel atteint 442,8 millions d'euros, en hausse de 2,5% à périmètre et taux de change comparables. Le résultat net bondit lui de 36%, passant de 5,5 millions d'euros à 8,6 millions d'euros.

"Le virage stratégique lancé en 2012 commence à porter ses fruits, avec un chiffre d'affaires qui a même progressé de 6% sur le dernier trimestre, le tout en protégeant nos marges, dans un contexte économique qui n'est pas simple", se félicite Stanislas de Bentzmann, co-fondateur et co-président de Devoteam. Son entreprise a en effet retravaillé ses offres en profondeur, pour mieux accompagner les entreprises dans leur transformation numérique, c'est-à-dire, pour Devoteam, vers le cloud, et la mobilité.

Un partenaire de poids pour Google

"Nous allons réaliser une nouvelle acquisition en 2015" (Stanislas de Bentzmann, Devoteam)

Durant l'année 2014, l'entreprise a d'ailleurs réalisé des acquisitions d'entreprises spécialisées dans les offres cloud de Google (gPartner et Progis).

"Aujourd'hui, Devoteam est l'un des trois partenaires les plus importants de Google en Europe pour ses offres Google for Work", tient à souligner Stanislas de Bentzmann, qui espère générer en 2015 un chiffre d'affaires de 30 à 35 millions d'euros grâce aux offres cloud de Google. Ce dernier compte en effet peu de partenaires de la taille de Devoteam sur le Vieux Continent. Sur le terrain du cloud, Devoteam est aussi fière de plusieurs signatures de contrats liés aux Google Apps, l'un dans le CAC40, et d'autres avec Prisma Media, Kiloutou, Celio, Aigle Azure ou Aperam.

Réunie au sein de la BU "Cloud Services", l'offre cloud de Devoteam ne se limite toutefois pas à Google (ServiceNow et la solution BMC Remedyforce en font aussi, notamment, partie). Côté mobilité, Devoteam a pu accompagner plusieurs projets de déploiement de plusieurs centaines de tablettes, dans des entreprises comme Clarins ou Veolia Eau.

Une mutation pas encore tout à fait terminée ?

Le virage stratégique ne s'est pas limité à des acquisitions : Devoteam s'est aussi séparé de certaines de ses activités, dans les télécoms notamment. Y aura-t-il d'autres opérations de ce type en 2015 ? "Nous allons réaliser une acquisition en 2015", annonce sans hésiter Stanislas de Bentzmann, qui ajoute qu'il n'y pour l'heure aucune discussion avancée, mais son groupe observe activement le marché. "Nous sommes parfois trop petits sur certains segments. Il y a alors deux solutions, soit nous réalisons une acquisition pour atteindre la bonne taille, soit nous cédons l'activité, dans les deux cas, il faut que l'offre nous séduise, et cela dépendra donc aussi des négociations", explique le dirigeant. Il ne cache en tout cas pas les quatre zones dans lesquelles il souhaiterait se développer : en France, en Allemagne, en Europe du Nord et en Espagne.

Sur l'exercice 2014, la marge d'exploitation de Devoteam s'établit à 22,1 millions d'euros, soit 5% du chiffre d'affaires, contre 17 millions d'euros et 3,7% du chiffre d'affaires pour l'exercice 2013. Pour 2015, Stanislas de Bentzmann a pour objectif d'améliorer encore ces chiffres, avec un taux de marge d'exploitation se situant autour de 6% du chiffre d'affaires. Il vise aussi un chiffre d'affaires 2015 de quelque 440 millions d'euros.

Annonces Google