Matt Cutts (Google) "Le Pagerank ne changera pas de nom"

matt cutts
Matt Cutts © Cécile Debise / JDN Solutions

JDN Solutions. Le directeur de la recherche de Google, Peter Norvig, a affirmé que le Pagerank était une notion sur-médiatisée. Est-ce également votre point de vue en tant que responsable de l'activité référencement de Google ?

Matt Cutts. Je pense que c'est le cas. Le Pagerank est effectivement sur-médiatisé. De notre point de vue, c'est un critère important pour la conception d'un site Web qui fournit un certain nombre de repères pour sa conception. Mais, ce n'est pas le seul algorithme que nous utilisons. Nous exploitons quelque 200 algorithmes, et le Pagerank n'est que l'un d'entre eux.

La barre d'outils Google permet il est vrai de visualiser le Pagerank des sites. Mais, les responsables de sites se focalisent beaucoup trop sur cet indicateur, et la manière de l'améliorer. La meilleure voie pour concevoir un site Web consiste à se mettre à la place de l'utilisateur, et ne pas seulement se vocaliser sur le Pagerank. Nous faisons toujours évoluer cet indicateur environ trois fois par an.

"Il ne faut pas donner au Pagerank trop d'importance"

Peter Norvig a évoqué la possibilité de rebaptiser le Pagerank, justement dans le but de tenter de minimiser son importance. Est-ce toujours d'actualité ?

Effectivement, nous en avons discuté. Mais finalement, le Pagerank ne changera pas de nom. C'est un terme qui continue de parler aux référenceurs. 

Vous avez récemment introduit la vitesse de chargement des pages Web dans vos algorithme. Pourquoi ce choix ?

Nous l'avons en effet introduite dans la liste de nos 200 algorithmes. Comme pour le Pagerank, il ne faut pas non plus donner à ce critère trop d'importance. Mais, c'est une réelle avancée dans la mesure où en mesurant la vitesse de chargement d'une page, nous pouvons nous donner une idée de la faciliter d'accès au site. Ce qui n'est qu'un facteur de qualité parmi d'autres.

Nous estimons que ce changement n'affecte que 1% des requêtes, ce qui correspond environ à 1 million de sites Web. Il n'en reste pas moins que c'est élément de conception important pour l'utilisateur, et pas seulement pour nous.