Firefox abandonne Google en Russie pour Yandex

La croissance du marché publicitaire en ligne en Russie remet en cause l'accord entre la fondation Mozilla et Google, au profit d'un acteur local. De quoi travailler sur de nouveaux index.

En Russie, les utilisateurs du navigateur Internet Firefox n'auront plus accès en page de démarrage par défaut au moteur de recherche Google. En lieu et place du fameux moteur de recherche, c'est son concurrent russe Yandex qui va prendre sa place, suite à un accord passé entre la fondation Mozilla et Yandex.

Depuis le mois d'octobre 2008, les responsables de la fondation Mozilla, qui propose le navigateur Firefox, avaient pris contact avec ceux de Yandex, et ce suite à une étude interne qui rendait compte du fait qu'une grande partie des utilisateurs russes de Firefox utilisaient le moteur de recherche russe au lieu de Google.

Ce changement de stratégie de la part de la fondation Mozilla peut s'expliquer sous un angle financier, puisque Google rémunère la fondation Mozilla pour que cette dernière propose en page de démarrage par défaut celle de Google. Yandex aurait donc proposé une somme plus importante pour apparaître par défaut chez les utilisateurs russes. Mais il est probable également que la fondation Mozilla ait souhaité cet accord afin de gagner en indépendance vis-à-vis de Google, qui finance aujourd'hui 90% de son budget.

le moteur de recherche russe Yandex au mois de décembre dernier est entré dans le top 10 des moteurs de recherche mondiaux

Par ailleurs, le moteur de recherche russe Yandex, au mois de décembre dernier, est entré dans le top 10 des moteurs de recherche mondiaux, avec 0,06% de part de marché, ce qui montre bien son ancrage exclusivement national. Le marché de la publicité en ligne russe devrait passer de 400 millions de dollars en 2007 à 4 milliards de dollars en 2017 selon une étude. Il était en croissance de 73% en 2008 par rapport à 2007, ce qui permet de comprendre tout l'intérêt que les moteurs de recherche, financés par la publicité, ont pour ce marché.

Sur le plan des stratégies de référencement, cela signifie que les développeurs d'applications Web à destination d'un public russophone devront prendre en compte l'index de Yandex au moins tout autant que celui de Google pour placer leurs sites dans les résultats de recherche consultés par les internautes.

Capter le public internaute russophone se fait de plus en plus important pour des sites marchands de produits de luxe, voire des sites de marques de luxe, dont les parts de marché en Russie se développent, tout comme en Chine. En Chine, par ailleurs, ce n'est pas Google mais bien le moteur de recherche national Baidu qui possède les parts de marché les plus importantes. Là encore, les spécialistes du référencement se doivent d'étudier des index très différents de ceux proposés par Google.

Il ne semble pas pour l'heure que cet accord entre la fondation Mozilla et Yandex remette en question l'accord entre Google et la fondation dans les autres zones géographiques. Toutefois, la sortie en version 2 du navigateur de Google, Chrome, pourrait être vue dans ce contexte comme une concurrence frontale aux activités de la fondation Mozilla.

Annonces Google