David Degrelle (1ère Position) "En janvier, nous avons observé une explosion de la demande en matière de référencement naturel"

Dans un contexte où les entreprises recherchent avant tout un retour sur investissement rapide, le référencement naturel serait identifié comme un levier de communication prioritaire.

Quel est l'impact de la crise sur le marché du référencement ?

Nous avions pas observé d'infléchissement important au second semestre 2008. Comme chaque année, la période de fin d'année s'est caractérisée par une activité importante autour des e-commerçant et des achats de noëls. Nous avions beaucoup de projet dans les tuyaux qui reposaient sur les budgets 2008 de nos clients. 

Nous étions conscients que l'année 2009 pourraient débuter différemment, d'autant que le mois de janvier accuse en général une certaine baisse des demandes. Nous avons été surpris de constater qu'il n'en était rien. Janvier a été un mois historique pour nous. Nous avons enregistré sur cette période le plus fort niveau d'activité depuis 10 ans.

Comment expliquez-vous ce regain d'intérêt ?

Avec la crise, le montant global des investissements publicitaires s'est beaucoup réduit, et les arbitrages réalisés sur ce budget sont devenus drastiques. Les clients sont beaucoup plus sensibles à l'analyse des résultats et au retour sur investissement. De ce fait, ils préfèrent choisir en priorité Internet qui permet de suivre précisément le résultat des campagnes et les taux de transformation, plutôt que de continuer à se positionner sur la presse papier ou la télévision. D'où la croissance des demandes sur le référencement.

Le mouvement est d'autant plus naturel que les entreprises avaient jusque-là beaucoup recours aux liens sponsorisés. Elles ont été ainsi sensibilisées au marketing par mots clés. Elles se sont rendu compte que le coût d'acquisition d'un client était deux fois moins élevé avec le référencement naturel.

Quels sont les grands axes d'évolution des techniques et méthodes de référencement ces derniers mois ?

"L'année 2009 devrait être celle du référencement mobile"

D'abord, nous constatons qu'un site bien conçu ne suffit plus pour se positionner forcément dans les 10 premiers résultats de Google. Le niveau technique des sites est en train de se niveler. Il important par conséquent de ne pas s'arrêter à cet aspect et de s'engager dans des stratégies plus innovantes.

Selon nous, il est important d'intégrer le référencement dans une démarche marketing plus large. L'idée est notamment d'exploiter les réseaux et les plates-formes de blogs et de partage de contenus vidéo et photo pour se faire connaître et accroître sa popularité.  

Ces sites communautaires et de partage de contenu sont des relais de trafic, même si les liens réalisés depuis ces espaces, souvent en attribut nofollow, ne contribuent pas à faire progresser son ranking dans Google. Ces sites permettent cependant de positionner une marque à différents endroits du Web, au sein de plates-formes dont la popularité optimise le référencement des contenus publiés. Ils représentent également un moyen de faire parler d'une marque ou d'un produit, en favorisant la reprise des contenus sur des sites et blogs tiers, ce qui constitue également un levier pour le référencement.  

Dans le cadre de l'utilisation de tous ces espaces, il est intéressant de remarquer d'ailleurs que Google améliore le ranking d'un résultat en fonction de l'audience d'une page.

Quelles sont les autres grandes tendances que vous observez ?

Nous observons une progression de la demande sur le référencement local. Et de manière plus profonde, une montée en puissance des besoins en référencement mobile.

Il est clair que l'Iphone explique en grande partie ce nouveau mouvement. L'année 2009 devrait être celle du référencement mobile.

Annonces Google