Il y a 5 ans : Cognos rachetait l'éditeur Frango

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

L'éditeur de solutions d'analyse décisionnelle Cognos lançait en août 2004 une offre publique d'achat (OPA) amicale sur Frango, acteur européen spécialisé dans les technologies de reporting financier.

Estimée à 52,2 millions de dollars, cette opération avait été approuvée par le conseil de direction de Frango. Elle devait permettre au groupe canadien d'acquérir au moins 90% des actions de la société suédoise. Les activités de cette dernière allaient ensuite être intégrées à la filiale de Cognos en Suède (Cognos AB).

Avec cette nouvelle opération, Cognos comptait renforcer son positionnement dans le domaine de la "finance analytique". "Il paraît clair que l'objectif est ici de concurrencer plus efficacement les poids lourds du segment que sont Business Objects et Hyperion", affirmait alors Yves Cointrelle (Homsys Group).

Lors du rachat d'Adaytum fin 2002, Cognos avait acquis une première solution financière, centrée sur la planification et l'élaboration budgétaire. "Mais jusqu'ici, il ne disposait pas de mécanismes de contrôle de gestion, et de consolidation statutaire - qui, rappelons le, permettent de gérer les processus de reporting financier au sein des grands groupes (entre filiales et maison mère)", notait Yves Cointrelle. "Aujourd'hui, c'est chose faite. Frango dispose en effet d'applications ciblant précisément ces problématiques."

Autres apports de l'opération : des outils décisionnels livrés avec des bibliothèques d'indicateurs pré-packagés. Une suite qui couvrait de nombreux domaines, de la modélisation de business plan à la simulation de scénarios en passant par le rapprochement stratégie / budget.

 

Et aussi du 24 au 31 août 2004

Rachat. IBM signait un accord en vue d'acquérir Venetica, éditeur de solutions d'intégration multi-sources de contenus non structurés. Les modalités de l'opération n'avaient pas été dévoilées. Big Blue prévoyait d'intégrer l'application issue de ce rachat à la plate-forme DB2, centrée sur les problématiques de gestion de données.

Bourse. Tata Consultancy Services réussissait son entrée en bourse au-delà de toute espérance. La société de services indienne était en effet parvenue à lever 1,2 milliard de dollars - en vendant quelque 55,4 millions d'actions -, soit l'offre publique initiale la plus importante jamais réalisée par une société privée.

Sécurité. Des kits de phishing étaient disponibles en téléchargement gratuit sur Internet selon Sophos. Ces outils couvraient l'ensemble des éléments (graphique, texte, script, etc.) nécessaires à la mise en place d'espaces Web imitant les sites de grandes banques, tout en offrant des systèmes d'envoi de courriels en masse.

Offre publique d'achat / 5 ans après

Annonces Google