Il y a 5 ans : Novell renforçait sa stratégie autour de Linux et l'Open Source

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

Depuis l'acquisition du distributeur Linux SuSe en novembre 2003, Novell multipliait les annonces dans le domaine de l'Open Source. La stratégie de l'éditeur américain semblait assez claire sur ce terrain : il cherchait à se doter d'une offre de solutions "agnostique", touchant à la fois aux mondes Windows et Linux, au delà même de son propre système d'exploitation (Netware).

Une série de communiqués envoyée par la société depuis une semaine venait confirmer cette stratégie. Sur le front de l'infrastructure, Novell avait notamment dévoilé Open Enterprise Server, plate-forme conçue pour combiner les environnements Netware et SuSe et rendre compatible leurs services de gestion réseau respectifs.

Autre nouveauté présentée dans ce domaine : une mise à jour de l'application de gestion de ressources informatiques, ZENworks, permettant d'étendre la couverture du produit du même nom (qui jusqu'ici se limitait à Windows) au champs des serveurs et des terminaux Linux.

Même démarche pour la gamme d'applicatifs collaboratifs de Novell : annoncée au même moment, la version 6.5 de GroupWise - qui devait être lancé quelques semaines après - devait tourner sous Linux (SuSe et Red Hat) et non plus seulement sous Netware et Windows. "Une édition Linux de Ximian viendra compléter cette brique un peu plus tard dans l'année", précisait la société. Cette évolution devait permettre de renforcer les fonctions d'accès aux services de messagerie et d'espaces de travail du serveur GroupWise depuis des terminaux Linux.

Novell comptait également commercialiser courant avril 2004 deux nouvelles versions de sa distribution Linux, l'une à destination des particuliers, l'autre des professionnels. Au programme des nouveautés prévues : la mise en oeuvre des dernières moutures des environnements graphiques Gnome et KDE, ainsi que l'intégration du noyau Linux 2.6.

A l'occasion de sa conférence annuelle 2004, Novell avait indiqué enfin qu'il rendrait prochainement Open Source l'outil de configuration de SuSe, Yast (Yet another setup tool). L'éditeur lançait d'ailleurs un projet Open Source pour accompagner cette initiative. Son objectif : promouvoir l'intégration de Yast aux principaux d'outils d'administration du marché (HP, IBM, Computer Associates, etc.).

 

Et aussi, du 24 au 31 mars 2004

IBM signait un contrat de 750 millions dollars avec l'indien Bharti Tele-Ventures

IBM signait un contrat à hauteur de 750 millions dollars avec Bharti Tele-Ventures : l'une des principales compagnies de télécommunication indienne. Conclu pour une période de 10 ans, cet accord portait sur l'externalisation d'une partie du système d'information du groupe, à la fois logicielle et matérielle.

MCI supprimait 4000 emplois

Sous la protection du chapitre 11 du code du commerce américain (redressement judiciaire), MCI annonçait la suppression de 4000 emplois - soit environ 7% de son personnel. Objectif affiché par la société : réduire ses dépenses alors que la concurrence se faisait toujours plus forte sur le segment des télécommunications.

MandrakeSoft sortait du redressement judiciaire

Le tribunal de commerce de Paris validait la sortie de la société MandrakeSoft de sa situation de redressement judiciaire. Le plan de redressement de la société - qui incluait le remboursement des créances passées sans recapitalisation préalable sur une durée de 9 ans - avait été rendu possible par une réorganisation de la société. Le dernier trimestre 2003 avait permis à MandrakeSoft de renouer avec les bénéfices, affichant un chiffre d'affaires de 1,42 million d'euros pour un résultat de 270 000 euros.

Annonces Google