"Les grands comptes mettent la pression sur les taux de facturation"

Christian Poyau (Micropole-Univers) : "Les grands comptes mettent la pression sur les taux de facturation" En ces temps de crise, le décisionnel apparaît plus que jamais comme un puissant levier de pilotage des coûts et de la productivité. Mais l'e-commerce est également un domaine qui devrait tirer l'activité des SSII en 2009.

La crise a-t-elle donné un coup d'arrêt aux projets décisionnels ?

Les répercussions de la crise sont très différentes selon les secteurs d'activité mais, d'une manière générale, on ne peut pas dire que les projets BI ont subi un coup d'arrêt. D'autant plus que la BI recouvre différents domaines : le reporting simple, les datawarehouse et l'EPM notamment.

Dans ces temps agités, les entreprises ont de toutes façons encore plus besoin d'outils de pilotage ! 

Quelles réponses le décisionnel peut-il apporter dans le contexte actuel de resserrement des coûts ?

Les réponses peuvent être vraiment multiples : depuis le pilotage financier par le biais de la consolidation budgétaire ou des ressources humaines en termes de gestion de la masse salariale, des rémunérations variables...

Ces 2 sujets sont regroupés dans l'EPM ou le datawarehouse qui va permettre de remonter, analyser les données commerciales ou de production par exemple. En clair, la BI permet de piloter tous les activités d'une entreprise.

1
Le rapprochement de SAP avec Business Objects a été une opération tout à fait pertinente. Sa stratégie visa à étendre sa gamme de produits au-delà de l'ERP pur © Cécile Debise / Benchmark Group

Vous avez signé des accords avec des éditeurs de taille moyenne, comme Cezanne, Selligent... Comment choisissez-vous vos partenaires ?

En premier lieu, je veux préciser que Micropole-Univers intervient pour ses clients sur des prestations de conseil, d'intégration et de formation et ceci sur 4 domaines : décisionnel,
E-Business, ERP et CRM. Pour chacun d'eux, nous intervenons très souvent en amont avec nos équipes conseils pour les aider à déterminer le meilleur produit.

Nous sommes donc en permanence en veille sur le marché pour évaluer et comparer les solutions des éditeurs petits moyens ou plus importants. Notre objectif est très simple : trouver le meilleur produit répondant aux attentes de nos clients De plus, le marché des éditeurs s'est récemment fortement consolidé et cela favorise évidemment l'apparition de nouveaux acteurs tout à fait intéressants.

Quelle est votre analyse sur le rapprochement SAP / BO ?

C'est une opération tout à fait pertinente. La stratégie de SAP - Oracle a d'ailleurs fait la même chose - vise à étendre sa gamme de produits au-delà de l'ERP pur. La BI représente donc un développement particulièrement important pour SAP. Du point de vue de Micropole-Univers, c'est une excellente opportunité puisque nous possédons certainement la plus forte expertise autour des produits de BO.

Ceci, lié avec notre activité ERP, va nous permettre de toucher de nouveaux clients et d'étendre significativement nos prestations. Nous sommes d'ailleurs en Europe le leader des solutions BI SAP.

Etes-vous plutôt SAP ou Oracle ? A moins que Microsoft n'ait vos faveurs ?

Nous sommes partenaires au plus haut niveau avec tous les éditeurs que vous citez. Nos missions de conseil nous obligent d'ailleurs à connaître tous les produits et encore une fois à proposer le plus adapté au contexte de nos clients. Mon objectif premier est que nos clients soient satisfaits, afin tout simplement qu'ils continuent à travailler avec Micropole-Univers.

Et pour être complet dans les acteurs importants, il faut aussi citer IBM-Cognos. Chaque produit a de toutes façons des points forts plus ou moins adapté aux demandes et à l'historique de chaque entreprise.

2
Il est clair que toutes les sociétés comme Micropole-Univers sont complètement massacrées en bourse, plus aucun fonds ne voulant investir © Cécile Debise / Benchmark Group

Homsys a lancé une offre à destination des DRH. Vous êtes leader historique dans ce domaine, qu'en pensez-vous ?

Nous avons effectivement décidé de lancer une offre autour des RH il y a maintenant plus de 4 ans. Nous revendiquons donc une place de leader tout simplement en termes de nombre de missions réalisées et de connaissance des problématiques RH de point de vue métier et des produits existants !

Il est clair que dans le contexte de crise actuel, tous les outils visant à piloter les ressources humaines sont stratégiques pour nos clients.

Que pensez-vous de la valorisation actuelle des sociétés de conseil et de services spécialisées dans la BI ?

Je vais vous répondre sur le ton de l'humour : peut mieux faire ... Il est clair que toutes les sociétés comme Micropole-Univers sont complètement massacrées en bourse, plus aucun fonds ne voulant investir.

En ce qui nous concerne, notre valorisation est à peu près identique à notre niveau de cash, sachant de plus que nous n'avons pas de dettes long terme : sans commentaire !

Nous ne pouvons rien à cet état de fait et ce n'est pas cela qui nous empêche de nous développer mais je suis conscient du dépit de nos actionnaires. Je souhaite simplement ajouter que Thierry Létoffé (co-fondateur de Micropole-Univers, NDLR) et moi-même sommes toujours les premiers actionnaires de la société et donc sensibilisés à l'évolution de la valeur de l'entreprise.

Avec la crise, êtes-vous prêt à rogner sur vos marges ? Ou pensez-vous que c'est aux éditeurs de faire des offres adaptées ?

La crise nécessite bien sûr de s'adapter et nous sommes dans certains cas obligés de répondre aux demandes, surtout des très grands comptes qui mettent une pression sur les taux de facturation.

Maintenant, nous sommes toujours intervenus en tant qu'acteur spécialisé avec des compétences métiers, sur des projets au forfait et cherchant à amener le maximum de valeur ajoutée à nos clients. C'est un positionnement qualitatif qui, encore plus dans le contexte actuel, permet de répondre au mieux à la pression du marché.

3
En 2009 nous continuerons à recruter mais sur des profils expérimentés © Cécile Debise / Benchmark Group

Les SSII commencent à geler leurs recrutements. Est-ce votre cas ? Si non, quels profils recherchez-vous ?

Nous continuons clairement à recruter mais certainement de manière plus importante vis-à-vis de personnes expérimentées. Nous sommes plus de 1 050 à ce jour et nous cherchons des compétences dans chacune de nos activités. Il est difficile d'établir des prévisions sur 2009 qui va être une année certainement difficile.

Je suis cependant persuadé que les systèmes d'information au sens large sont devenus un outil indispensable pour toutes les entreprises, quelque soit le secteur d'activité, pour développer de nouveaux produits, répondre au mieux aux attentes de leurs clients, améliorer leurs marges, etc.

Il n'y a qu'à voir la poursuite du développement de l'E-Commerce, secteur dans lequel Micropole-Univers est l'un des leaders, pour comprendre qu'il existe encore de nombreuses opportunités pour les SSII pour autant qu'elles amènent vraiment de la valeur ajoutée et soient réactives et agiles.

Je souhaite finir par une note positive en soulignant que l'innovation est sans aucun doute l'axe de travail qui va permettre à toutes les entreprises de rebondir. Nous en sommes en tout cas convaincus chez Micropole Univers.

Christian Poyau est co-fondateur et Président Directeur Général de Micropole-Univers. Il a été de 1985 à 1988 successivement consultant dans le département conseil de Deloitte & Touche puis consultant senior au sein de Peat Marwick. Président de Croissance Plus de janvier 2002 à décembre 2004, Christian Poyau est diplômé de l'université de Dauphine en maîtrise d'informatique et de gestion et titulaire d'un 3ème cycle de management CPA.

SSII / UX

Annonces Google