Dossier Slack : la version desktop se pare d'un dark mode

Suite aux applications mobiles de la messagerie collaborative, c'est au tour de sa déclinaison pour ordinateur d'introduire un mode sombre.

[Mise à jour le 16 septembre 2019 à 15h18] Après les applications mobiles de Slack pour iOS et Android, la déclinaison desktop de de la messagerie collaborative introduit à son tour un mode sombre, ou dark mode.  Il est disponible pour toutes ses déclinaisons (Linux, Mac et Windows), ainsi que pour la version web de Slack.  "Un mode qui peut se révéler utile pour travailler la nuit ou en situation de faible lumière", pointe Slack. "Certains en ont besoin également pour des  questions d'accessibilité, en cas de déficiences visuelles, de migraines, ou autres troubles visuels" (lire le post de cette annonce). 

D'après le dernier baromètre d'Okta, Slack se hisse en douzième position des applications SaaS les plus utilisées. En janvier 2019, l'outil de collaboration temps réel (ou team messaging en anglais) revendique 10 millions d'utilisateurs actifs quotidiens, dont plus de la moitié en dehors des Etats-Unis. Disponible en français, il est mis en œuvre dans plus de 500 000 organisations, dont 65% issues du Fortune 100. Quant au nombre de comptes abonnés à l'offre payante, il atteint 85 000, en hausse de 50% sur un an.  En janvier 2018, l'éditeur annonçait avoir atteint 150 souscriptions à son offre Enterprise (la plus haute de gamme).

Slack a levé 1,6 milliard de dollars depuis sa création en 2009, dont 427 millions de dollars lors de son dernier tour de table en août 2018. A l'occasion de cette opération, la société était valorisé 7,1 milliards de dollars. En juin dernier, le groupe entrait au New York Stock Exchange en cotation directe.  Son titre (Work) s'est introduit à 38,5 dollars (50% au dessus du prix de référence). Une performance hissant la valorisation de Slack à 20 milliards de dollars. 

Slack est l'acronyme de Searchable Log of All Conversation and Knowledge - qui peut se traduire par "Accessibilité à toutes les conversations et connaissances". La France est le troisième pays européen où Slack est le plus utilisé après le Royaume-Uni et l'Allemagne. "De ces trois pays, il s'agit de celui qui enregistre, et de loin, la croissance la plus forte", précise Johann Butting, responsable EMEA de Slack. Au total, l'éditeur revendique 6 000 entreprises françaises ayant ouvert un compte sur Slack, dont 600 à 700 un compte payant (parmi lesquelles 13 groupes du CAC 40).  

La mise en place

Dès l'inscription, Slack demande au nouvel utilisateur de créer un groupe de travail auquel il attribue une URL : journaldunet.slack.com par exemple. Il est ensuite demandé si on veut restreindre les adresses des futurs membres à un nom de domaine précis, comme journaldunet.com.

Une version gratuite

Slack va ensuite envoyer des invitations à l'ensemble des adresses e-mail que le créateur du groupe de travail va lui soumettre. Reste à choisir, enfin, son nom de connexion, et un mot de passe. Puis, le groupe de travail est pleinement opérationnel. 

Une offre Enterprise

L'outil reste gratuit dans certaines limites et ne requiert pas de numéro de carte bancaire pour démarrer. Ce dossier propose, en neuf grandes étapes, un tour d'horizon des principales fonctionnalités de Slack, pour démarrer rapidement. Dans sa version d'entreprise (Slack Enterprise Grid) lancée début 2017, Slack permet de créer un volume illimité d'espaces de travail (ou comptes) et de les administrer de manière centralisée (lire l'article : Avec Enterprise Grid, Slack lance sa version pour les grandes entreprises).

Une évolution permanente

Proposant des apps pour Android, iOS et Windows (mais aussi pour Linux et Windows Phone en bêta), Slack n'a cessé de s'enrichir de nouvelles fonctionnalités. La solution permet désormais :  

Une concurrence qui s'affûte

Microsoft a lancé début 2017 une alternative à Slack, à travers une solution de collaboration temps réel intégrée à Office 365 : Microsoft Teams. Du côté de G Suite (ex-Google Apps), Google commercialise Hangouts Chat, une déclinaison de sa messagerie instantanée Hangouts taillée pour le travail en équipe. Le groupe de Mountain View a également signé un partenariat d'intégration avec Slack. Son objectif : combiner en profondeur Slack à la suite bureautique G Suite. Ce rapprochement pourrait bien ressembler à une alliance visant à répondre à la combinaison Microsoft Teams-Office 365. 

Slack propose une page permettant de comparer les prix et les fonctionnalités de ses différents forfaits.

A lire aussi