23andMe brevète une technologie pour "designer" les bébés

Financée par Google Venture, la société d'Anne Wojcicki, l'ex de Sergey Brin, brevète un système pour paramétrer son futur enfant.

Un brevet délivré le 24 septembre dernier accorde à 23andMe les droits pour un système permettant aux parents de choisir les caractéristiques de leur futur enfant, avant de se lancer dans un traitement contre l'infertilité.

Le système permettrait aux parents de sélectionner leurs préférences pour leur futur enfant : médicales ("Je préfère un enfant avec un risque faible/une haute probabilité de cancer du sein") ou physiques ("Je préfère un enfant avec un risque faible/une haute probabilité d'avoir des yeux bleus").

Le brevet prévoit une utilisation pour aider dans le choix du donneur, en se basant sur des informations génétique. Si l'analyse génétique est déjà utilisée pour prévenir certaines maladies, y recourir pour sélectionner des caractéristiques non-médicales est illégal au Canada et aux Etats-Unis.

Dans un post de blog, 23andMe se défend de vouloir utiliser le système en ce sens. "Au moment où nous avons fait la demande de brevet [en 2008], nous pensions que la technologie pourrait être appliquée dans les cliniques de fertilité. La société n'a jamais utilisé les concepts mentionnés dans le brevet, au-delà du calculateur d'hérédité [qui permet aux parents de voir la probabilité que leur futur enfant héritera de leurs caractéristiques, de la couleur des yeux à leurs maladies], et nous ne prévoyons pas de le faire."

bébé designer
Capture d'écran du brevet. © Free Patent Online

CMS / Blog

Annonces Google