Confidentiel : Brocantelab lève 500 000 euros et séduit Thierry Petit

Confidentiel : Brocantelab lève 500 000 euros et séduit Thierry Petit Oleg Tscheltzoff, fondateur de Fotolia, et Thierry Petit, de Showroom Privé, entrent au capital de la brocante en ligne aux côté de 13 autres business angels.

Il n'aura fallu qu'un mois à Brocantelab pour obtenir l'accord de quinze business angels en vue d'une levée de fonds de 500 000 euros. La jeune pousse fondée en avril 2014 par Charlotte Cadé et Maxime Brousse, dont le site a été lancé officiellement en septembre, a su séduire. Oleg Tscheltzoff, fondateur de Fotolia, et Thierry Petit, fondateur de Showroomprivé, mènent ce tour de table, suivis d'autres business angels parmi lesquels Renaud Guillerm, fondateur de Vide Dressing, Pierre Trémolières, fondateur de Delamaison, Olivier Gonzalez, ex DG Twitter France, et 50 Partners.

charlotte&maxime 1
Maxime Brousse et Charlotte Cadé, cofondateurs. © Brocantelab

"Nous tenions à boucler un premier tour de table auprès de business angels pour qu'ils nous aident sur le business et qu'ils passent régulièrement du temps avec nous", explique Maxime Brousse, DG. "Au-delà de l'argent, nous allions surtout chercher des compétences", ajoute Charlotte Cadé, présidente. Tous deux montent avec Brocantelab leur première entreprise.

15 à 20% de commission

Brocantelab est une brocante en ligne communautaire qui permet à des professionnels ou particuliers de vendre meubles d'occasion ou décoration vintage. Si elle peut orienter ses vendeurs vers des transporteurs à tarifs négociés, la start-up ne prend pas en charge elle-même la logistique et, conformément à son modèle économique de marketplace, se rémunère en prélevant entre 15 et 20% de commission sur chaque vente.

Les fonds levés permettront à Brocantelab de développer de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme, et "de devenir très bon sur mobile dans les six mois, avec un site responsive de qualité", note Maxime Brousse -30% du trafic de Brocantelab se fait aujourd'hui sur mobile. La start-up qui emploie aujourd'hui huit personnes compte recruter cinq nouveaux profils. Elle va aussi commencer à investir en marketing, alors qu'elle n'a compté jusqu'ici que sur la viralité des réseaux sociaux.

Une version anglaise dans les mois à venir

150 000 euros de ventes depuis le lancement en septembre

Depuis septembre dernier, Brocantelab a enregistré plus de 150 000 euros de volume de vente. La plateforme revendique désormais 100 000 visites par mois, 10 000 abonnés à sa communauté via ses newsletters, et 300 professionnels actifs. Objectif : franchir la barre des 10 millions d'euros de volume de vente d'ici à trois ans et les 3 000 marchands sur la plateforme. Tous les vendeurs peuvent s'inscrire, mais Brocantelab filtre les annonces et en vérifie la conformité. "On agit en tiers de confiance", commente Charlotte Cadé.

Le site sera traduit en anglais dans les mois à venir. Les cofondateurs de Brocantelab souhaitent avant tout se développer en France et en Belgique, puis dans les pays scandinaves "où la culture de la brocante est plus forte que dans les pays latins".

Annonces Google