Helpling lève 43 millions d'euros pour écraser ses concurrents européens

Helpling lève 43 millions d'euros pour écraser ses concurrents européens La plateforme d'aide-ménagères lancée à Berlin en mars 2014 et soutenue par Rocket Internet est présente dans 12 pays et 200 villes.

Voilà qui pourrait changer la donne sur le marché émergent des plateformes de services ménagers. La start-up allemande Helpling vient de boucler un second tour de table de 43 millions d'euros auprès de Lakestar, Kite Ventures, Lukasz Gadowski et Rocket Internet, quelques mois seulement après avoir levé 13,5 millions d'euros.

Ces fonds permettront à Helpling de donner un coup d'accélérateur en investissant dans le marketing, pour effacer ses concurrents dans les douze pays où elle s'est installée en un an (Allemagne, Autriche, Suède, Pays-Bas, France, Italie, Espagne, Brésil, Canada, Dubai, Singapour et Australie). La start-up va en effet ralentir son rythme d'expansion. "Notre objectif est d'asseoir notre position de leader et de prendre des parts de marché sur les pays existants, même si nous pourrions ouvrir dans quelques nouveaux marchés en 2015", analyse Mehdi Louali, DG France.

Plus de 50 000 foyers ont déjà utilisé Helpling

Helpling est présente dans 200 villes, dont 14 en France. Plus de 50 000 foyers ont déjà fait appel aux services d'une aide-ménagère sur la plateforme. Helpling revendique plusieurs centaines de femmes de ménage inscrites sur sa plateforme en France et environ 10 000 dans le monde. La société emploie plus de 250 collaborateurs dans le monde.

Pas question pour l'instant pour Helpling de se lancer sur d'autres verticales, comme le baby-sitting ou le soutien scolaire : la start-up se concentre uniquement sur les services ménagers. :  En France, par exemple, les aide-ménagères représentent 70% du marché des services à la personne. Il y a beaucoup à faire pour Helpling sur ce segment avant de chercher d'autres relais de croissance", note Mehdi Louali.

La lutte des Uber du ménage

Helpling n'est en effet pas le seul "Uber du ménage" à lutter pour s'emparer des parts de marché. Aux Etats-Unis, Homejoy, passé par Y Combinator, a déjà levé 40 millions de dollars auprès notamment de Google Ventures. Le britannique Hassle a de son côté bouclé un tour de table de 6,4 millions d'euros et met en avant la relation entre le client et l'agent d'entretien -les aide-ménagères sont réservées de manière anonyme chez ses concurrents- (Lire l'interview d'Alex Depledge, CEO : "Hassle personnalise la relation entre clients et femmes de ménage", du 09/12/14).

Annonces Google