L'e-marchand de sport Fanatics lève 170 millions de dollars

Désormais valorisé 3,1 milliards de dollars, l'éditeur de sites de merchandising sportif qu'a fondé Michael Rubin compte accroître son stock et s'étendre en Europe et en Asie.

Fanatics opère des sites marchands pour de multiples ligues et équipes de sport ainsi que ses propres e-boutiques de merchandising sportif. La société vient de lever 170 millions de dollars lors d'un nouveau tour de table qui la valorise 3,1 milliards de dollars. Ses nouveaux actionnaires sont le fonds singapourien Temasek Holdings ainsi que le géant chinois de l'e-commerce Alibaba. En juin 2012, Fanatics avait déjà levé 150 millions de dollars auprès d'Insight Ventures et d'Andreessen Horowitz. Dans l'intervalle, sa valorisation a doublé. La société vise un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars cette année, contre 800 millions l'an dernier.

Michael Rubin, le patron de sa maison-mère Kynetic, précise que Fanatics est rentable et ne prévoit pas de l'introduire en bourse. Il emploiera les fonds levés à accroître un stock valant déjà 500 millions de dollars. Il compte également financer l'expansion de Fanatics à l'international. Dans sa ligne de mire : l'Europe de l'Ouest et l'Asie.

Michael Rubin avait fondé GSI Commerce puis revendu ce leader américain de l'e-commerce délégué à eBay pour 2,4 milliards de dollars en 2011. Il avait toutefois conservé trois activités de GSI pour composer Kynetic : Fanatics, le site de ventes événementielles RueLaLa et le programme de livraison ShopRunner, un concurrent d'Amazon Prime.

Annonces Google