La SNCF investit 28 millions d'euros dans Ouicar

En prenant une part majoritaire dans le loueur de voitures entre particuliers, le groupe confirme qu'il va falloir compter avec lui sur les nouveaux leviers de mobilité, covoiturage et autopartage compris.

La grande bataille du secteur de la location de voitures entre particuliers est sur le point d'être lancée. Moins d'un mois après l'annonce par le leader, Drivy, d'une levée de fonds de 8 millions d'euros et du rachat du numéro 3 du marché, Buzzcar, c'est l'autre principal acteur, Ouicar, qui annonce une augmentation de capital de 28 millions d'euros... auprès de la SNCF. Le groupe a investi une somme qui lui permet de prendre 75% du capital de la start-up française, désormais valorisée plus de 37,5 millions d'euros. "Nos huit millions de clients par jour nous attendent aussi sur les nouvelles mobilités", a affirmé le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy lors d'une conférence de presse à Paris avec les fondateurs de OuiCar. 

Ce dernier revendique aujourd'hui près de 20 000 véhicules en autopartage pour 400 000 membres. Et il espère bien que le soutien de la SNCF lui permettra de passer à la vitesse supérieure, avec un objectif avoué de 100 000 voitures d'ici à 2018. Son concurrent, Drivy, revendique lui 500 000 membres et 27 000 voitures en France. "Ce que va nous apporter OuiCar, c'est d'être capables de réserver au-delà du train une voiture dans des zones peu denses, dans des zones peu couvertes aujourd'hui", a expliqué la directrice générale "voyageurs" de la SNCF, Barbara Dalibard. Confronté à des exigences accrues de rentabilité, le spécialiste du transport ferroviaire a progressivement déserté les zones les moins demandées... et espère que les nouveaux leviers de la mobilité partagée lui permettront de remédier à cette absence tout en gagnant de l'argent. La SNCF a ainsi récemment lancé son propre service de covoiturage, IDVROOM, et signé un partenariat avec un autre acteur de l'autopartage, américain cette fois ci, Zipcar. 

Annonces Google