Partager cet article

RSS
 
 

Actualité / Médias
Jeudi 27 avril 2000

JeuxVidéo.com dans le portefeuille d'Ubisoft Le site à succès monté par Sébastien Pissavy va, entre autres, servir de soutien médiatique à la future plate-forme de jeux en ligne des frères Guillemot, Gameloft.


Version impression

Gameloft, futur network de jeux vidéo de l'éditeur Ubisoft, va prendre le contrôle de jeuxvideo.com, premier site éditorial francophone sur les jeux. Gameloft va acquérir 80% du capital de la société L'Odyssée Interactive, propriétaire de jeuxvideo.com. Le coût de l'opération, qui devrait être finalisée la semaine prochaine, est tenu secret. Avec cette acquisition, les frères Guillemot, patrons d'Ubisoft, affichent leur volonté d'être présents sur le marché du jeu online encore balbutiant en France mais déjà très développé aux Etats-Unis.
Créé en décembre 1999 par Ubi Soft Entertainment et Guillemot Corporation, Gameloft a pour objectif de devenir le N°1 mondial du jeu online. Pour ce faire, l'équipe des frères Guillemot compte investir dès la première année, 10,7 des 15 millions d'euros qu'ils ont réuni. Ce portail des jeux vidéo vise un public à l'esprit "jeune" puisque Gameloft compte développer des rubriques comme la musique, les sports extrêmes et les nouvelles technologie. Gameloft est un projet mondial, les serveurs seront localisés en fonction du marché du jeu (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume Uni, Australie, Brésil, …). Le network des frères Guillemot va directement se retrouver en concurrence avec des poids lourds du secteur comme la MSN Gaming Zone de Microsoft ou WON.net de Sierra (Havas-Interactive/Vivendi). Pour faire la différence, Gameloft compte d'abord sur la puissance de l'éditeur Ubi Soft qui possède déjà un catalogue de plus de 1.200 titres distribués dans 16 pays. En outre, un accord devrait être annoncé sous peu entre Gameloft et des providers nationaux pour mettre en place un système de connexion directe aux serveurs de jeux. Aucun nom n'a encore filtré quant aux acteurs de cet accord. La prise de contrôle de jeuxvideo.com entre donc dans une stratégie marketing globale, le plus grand site de jeux vidéo de toute la francophonie servant de support médiatique aux serveurs d'Ubi Soft.

JeuxVideo est né dans le Cantal grâce à un simple fichier d'aide. Au milieu des années 90, Sébastien Pissavy s'était mis en tête de compiler les "cheat codes" (codes de triches pour les jeux video) dans un fichier au format de l'aide pour Windows (.hlp). Au départ ce fichier circulait sur disquette de main en main puis il atterrit en juillet 1995 sur le CD du magazine "PC Fun", puis sur celui de "PC Team" et d'autres magazines papier. "L'Encyclopédie des Trucs et Astuces de Jeux Vidéo" (ETAJV) entrait dans la petite légende du jeu.
En 1997, Sébastien Pissavy décide de se lancer dans l'aventure Internet en créant la société L'Odyssée interactive qui monte www.jeuxvideo.com, site d'information générale sur les jeux vidéo. Au départ JeuxVideo fonde son succès sur l'ETAJV, le petit fichier d'aide qui grossit grâce à la participation de tous les joueurs francophones. L'encyclopédie reste l'exclusivité de JeuxVidéo.com et le succès est au rendez-vous.
Le site devient très vite N°1 dans son domaine. En 1998, il passe la barre des 2 millions de pages vues par mois et devient le douzième site au top 30 du "Profiling" de décembre 1999 de Médiangles. Pour mars 2000, le site revendique 13 millions de pages vues. Il figure par ailleurs dans le Top 20 des supports publicitaires de LemonAd.
Selon Sébastien Pissavy, l'accord avec Gameloft va permettre au premier site francophone sur les jeux vidéo de dépasser les barrières de la langue: "Gameloft via Ubi Soft nous apporte l'infrastructure suffisante pour un développement à la hauteur de nos ambitions. Un développement à l'étranger est prévu, peut-être pas pour tout de suite, mais c'est un nos objectifs principaux", commente visiblement ravi Sébastien Pissavy . L'entreprise d'Aurillac a multiplié son chiffre d'affaires par 12 de 1997 à 1999 pour atteindre 2,6 millions de francs en décembre 1999, essentiellement de la publicité en ligne. Les prévisions optimistes de Gameloft prévoient un triplement de ce chiffre pour 2000.
Au niveau du site en lui-même, l 'équipe rédactionnelle reste la même, la ligne éditoriale sera toujours indépendante: "Si un jeu Ubi Soft est mauvais on ne se gênera pas pour le dire et d'un autre côté si Ubi sort un bon produit on le dira aussi, notre liberté rédactionnelle reste totale", assure Sébastien Pissavy.
Sur la forme, peu de choses vont changer dans l'immédiat, l'accord de partenariat avec le marchand Blackorange n'est pas remis en cause, la JV-Boutique continuera à approvisionner les joueurs. Seuls des liens directs vers les serveurs Gameloft feront leur apparition dans les menus. De l'aveu même des protagonistes, la mise en relation entre les deux sites n'est pas encore totalement définie.
Le premier serveur Gameloft sera français, il est annoncé pour le mois de mai 2000 et devrait bénéficier du futur jeu Everquest distribué par Ubi Soft dès demain 27 avril 2000. L'objectif officiel du million de membres pour la fin de l'année est un pari ambitieux mais avec le soutien de JeuxVideo.com et un capital solide augmenté par une introduction sur le Nouveau marché dans les semaines à venir, rien n'est impossible aux frères Guillemot. Reste à attendre la réaction des joueurs sur un marché déjà fortement concurrentiel. [Stéphane de Broche des Combes, JDNet]

Au sommaire de l'actualité


 
A VOIR EGALEMENT

 

Dossiers

Marketing viral

Comment transformer l'internaute en vecteur de promotion ? Dossier

Ergonomie

Meilleures pratiques et analyses de sites. Dossier

Annuaires

Sociétés high-tech

Plus de 10 000 entreprises de l'Internet et des NTIC. Dossier

Prestataires

Plus de 5 500 prestataires dans les NTIC. Dossier

Tous les annuaires
 
 

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages