L'open source veut démocratiser l'intelligence artificielle

L'open source veut démocratiser l'intelligence artificielle Ces logiciels ouverts et gratuits peuvent être implémentés par de grands groupes mais aussi de petites entreprises qui veulent résoudre des problématiques business précises.

Utiliser l'intelligence artificielle pour répondre à des problématiques business est devenu un jeu d'enfant pour les entreprises. Pour que même de petites PME au budget serré puissent bénéficier de ces nouveaux outils, les start-up du secteur développent des solutions open source, dont l'utilisation est gratuite. Ces sociétés proposent également des applications faciles à utiliser, auxquelles les professionnels qui n'ont pas dans leur équipe de cadors de l'informatique peuvent accéder en déboursant quelques milliers d'euros.

Créée en 2005 et basée à Redwood City, à côté de San Francisco, Numenta a développé NuPIC (Numenta platform for intelligent computing), un logiciel open source biomimétique qui imite le fonctionnement du cortex cérébral de l'Homme. Il est basé sur un modèle d'apprentissage automatique appelé "mémoire temporelle et hiérarchique", qui analyse les données dans le temps afin de déterminer les causes qui peuvent avoir provoqué un ou une série d'évènements.

H2O.ai a levé 34 millions de dollars depuis sa création et totalise aujourd'hui plus de 7 000 clients dont PayPal, Cisco, mais aussi une myriade de PME

De la détection de fraudes sur les transactions financières pour des sites de vente en ligne à la maintenance prédictive pour les chaînes de production de sous-traitants automobiles en passant par le développement de solutions d'analyse de l'environnement pour la voiture autonome, ce logiciel peut être utilisé à des fins diverses.

Le code source de NuPIC est accessible gratuitement en ligne. "Les entreprises peuvent les utiliser pour résoudre des problématiques métier internes sans même nous informer de leurs démarches. Nous ne savons pas exactement combien de sociétés utilisent actuellement notre logiciel de cette manière, mais les équipes techniques de certaines d'entre elles font partie de notre communauté open source. En pleine expansion, elle compte aujourd'hui plus de 4 800 développeurs", explique Christy Maver, directrice marketing de cette entreprise fondée par Jeff Hawkins, serial entrepreneur connu pour avoir créé et dirigé le spécialiste des ordinateurs de poche ancêtres des smartphones Palm Computing.

Les entreprises qui utilisent le code source de ce logiciel pour l'intégrer à leur offre de produits doivent payer une licence commerciale à Numenta (NuPIC est protégé à l'international par 30 brevets), qui finance ainsi son activité de R&D. "Ils peuvent également rendre accessible en ligne le code qu'ils ont retravaillé sous licence open source. Ils ne font que très rarement ce choix car ils craignent d'être copiés par leurs concurrents", souligne Christy Maver.

Problème, l'utilisation gratuite à 100% de NuPIC demande aux entreprises qui implémentent le logiciel de disposer de profils informatiques. "Avant, pour utiliser des solutions d'intelligence artificielle, il fallait recruter des doctorants spécialistes des réseaux neuronaux ou de la programmation neuro-linguistique. Pour adapter le code de NuPIC à une fonction bien précise comme la lutte contre la fraude, être qualifié dans le codage en Python et en C++ suffit", explique-t-elle. Et lorsqu'ils ont des problèmes techniques, les développeurs peuvent demander de l'aide à la communauté sur le forum dédié.

"Notre communauté open source en pleine expansion compte aujourd'hui plus de 4 800 développeurs"

Les sociétés dont les équipes ne comptent pas de cracks en informatique peuvent aussi payer pour accéder à des applications résolvant des problématiques business précises, faciles à utiliser. Numenta ne vend pas directement de solutions commerciales (son business model repose sur les licences), mais des ingénieurs membres de sa communauté open source monnayent, eux, leurs services. Ils peuvent développer pour les professionnels intéressés des solutions basées sur NuPIC.

Plusieurs partenaires de Numenta, comme Cortical IO, distribuent même des applis cloud prêtes à l'emploi. La start-up, fondée en Autriche en 2011, vend des solutions de traitement du langage. Elle permet par exemple à ses clients de faire facilement une analyse sémantique de textes extraits des réseaux sociaux pour mieux comprendre leur clientèle, ou de créer des outils d'analyse vocale pour construire des appareils capables d'obéir à la voix humaine.

La start-up californienne H2O.ai, fondée en 2011, a choisi un modèle différent : ses 60 ingénieurs ont développé une plateforme open source de machine learning, qui peut être utilisée comme celle de Numenta par n'importe quelle entreprise pour répondre à ses besoins internes. Mais la jeune pousse propose aussi directement ses services aux entreprises qui veulent développer des applications métiers moyennant finance.

"Les professionnels peuvent travailler sur ces solutions en interne, mais nos ingénieurs connaissent très bien la plateforme. Ils développent des applications en quelques jours, alors qu'un novice y aurait consacré plusieurs semaines. De nombreux clients font le choix de nous payer pour cette phase de développement car cela leur coûte in fine moins cher", affirme Betty Candel, directrice marketing de la société. H2O.ai a levé 34 millions de dollars depuis sa création et totalise aujourd'hui plus de 7 000 clients. PayPal, Cisco, mais aussi une myriade de PME/ETI, font partie de la liste. Elle espère voir cette clientèle doubler en 2017.

 

 

Open source / Intelligence artificielle

Annonces Google