Test : faut-il acheter Google Home à Noël ou attendre la sortie d'Amazon Echo ?

Test : faut-il acheter Google Home à Noël ou attendre la sortie d'Amazon Echo ? Le JDN a testé pendant 5 semaines les deux haut-parleurs intelligents et vous donne son verdict à l'issue d'un match en 14 rounds.

Les nostalgiques de Star Trek rêvent d'avoir un haut-parleur intelligent pour les assister dans leur vie quotidienne. Mais doivent-ils se précipiter sur leur liste au Père Noël pour y inscrire Google Home, le seul appareil de ce type à être commercialisé en France, ou être patient et attendre la sortie d'Amazon Echo, prévue l'année prochaine ? Pour le savoir, le JDN a testé pendant 5 semaines les deux appareils. Attention, ce test a été réalisé avec la version française de Google Home et la version anglaise de la première génération d'Amazon Echo (sortie aux Royaume-Uni et en Allemagne en septembre 2016).

A gauche : Google Home. A droite : Amazon Echo. © Amazon - Google

Prix :

La nouvelle version d'Amazon Echo coûte 100 euros en Allemagne. On peut supposer que le prix français sera du même ordre. Amazon l'emporte donc sur Alphabet dont le Google Home est vendu 149 euros en France.  Les deux appareils disposent de version miniatures (non testées) coûtant environ 50 euros.

Gagnant : Echo

Design

Echo est un cylindre basique de 23,5 centimètres de haut pour la première génération et 14,8 pour la deuxième. La version originale de l'appareil, que le JDN a testée, n'est disponible qu'en métal noir. La seconde est modulable. Six revêtements sont disponibles en Allemagne (simili bois foncé, tissu gris clair…). Plus travaillé, Google Home ressemble à un vase ou à un diffuseur de parfum. Sa base arrondie est grise, noire, cuivre ou corail. La partie haute de l'enceinte est blanche et la face supérieure est coupée légèrement en biais.

Gagnant : Google Home

Voix

Les voix de l'IA d'Amazon (en anglais) et de Google (en français) sont féminines. Mais Google Home répond qu'une seconde voix est en préparation lorsqu'on lui demande pourquoi il n'a qu'un timbre de femme. La version anglaise de l'assistant a déjà un organe masculin. Petit plus : la voix de Google Assistant est moins robotique qu'Alexa.

Gagnant : Google Home

Qualité de l'écoute

Nous avons effectué un test de volume pour savoir quel appareil ferait le mieux l'affaire en cas de soirée improvisée. Lorsque Echo diffuse Purple Haze de Jimi Hendrix à la puissance maximale et que nous lui demandons de baisser le volume, l'enceinte s'exécute du premier coup. Nous avons dû nous y reprendre à trois fois pour Google Home. Logique : Echo est équipé de sept micros alors que Google Home n'en a que deux.

Gagnant : Echo

Gestion de multiples utilisateurs

Les deux appareils peuvent gérer les comptes de plusieurs utilisateurs, ce qui permet de ne pas écouter par le menu la liste des rendez-vous de son colocataire lorsqu'on s'enquiert du programme de sa journée. Il faut demander oralement à Echo de se connecter à un profil X ou Y. Google Home est capable, lui, de distinguer automatiquement la voix de ses utilisateurs une fois qu'il a été entraîné. Au moment de la création du compte, il suffit de prononcer plusieurs fois OK Google et le tour est joué.

Gagnant : Google Home

Nombre d'apps disponibles

Réserver un resto, commander un Uber… Echo présente un grand nombre d'apps vocales (plus de 20 000 en septembre 2017). Certains de ces skills sont de mauvaise qualité. Les apps tierces ne sont disponibles en France sur l'assistant de Google que depuis octobre 2017. Au moment du lancement, huit programmes étaient accessibles. Depuis, le catalogue s'étoffe doucement : en novembre quatre applications étaient dédiées à la musique, huit à la domotique, deux au divertissement et neuf à actualité. Alphabet travaille probablement sur l'adaptation de certains de ses services web et mobiles, comme Gmail ou Google Docs, mais ils ne sont pour l'instant pas disponibles avec toutes leurs fonctionnalités.

Gagnant : Echo

Installation des applications :

Pas besoin d'installer les applications vocales de Google Home pour les utiliser, elles sont nativement implémentées dans l'assistant. Il suffit de les appeler avec la phrase "Ok Google, parle avec…". Pour accéder aux programmes d'Echo, il faut d'abord les installer sur l'application dédiée. Chronophage.

Gagnant : Google Home

Musique

Nombre d'applications musicales compatibles :

A l'heure où nous écrivons notre article, Echo fonctionne avec sept des plus importants services de streaming musical : Amazon Music, Amazon Prime Unlimited, Audible, iHeartRadio, Pandora, Spotify Premium et TuneIn. Google Home n'en supporte que quatre en France : Deezer, Google Play Musique, Spotify Premium et TuneIn.

Avantage : Echo

Recherche et sélection de morceaux

Les deux appareils peuvent sélectionner de la musique en fonction d'un genre ou d'une humeur (Ok Google, joue de la musique rock/calme). Lorsque vous cherchez sur Google Home un morceau uniquement disponible sur Spotify et que vous avez sélectionné Google Play comme votre principal service musical, il faut préciser oralement "sur Spotify", sinon l'enceinte ne trouve pas la chanson. Il faut prononcer parfaitement le nom du morceau que l'on veut écouter, sous peine de voir sa requête ignorée. Echo est plus doué pour cette tâche.

Avantage : Echo

Qualité du son :

Aucun des appareils n'a suffisamment de puissance pour diffuser de la musique pendant une soirée, ce qui n'a rien de surprenant au vu de leur taille. Echo est capable d'envoyer du son avec quelques décibels de plus que Google Home, ce qui n'a pas d'importance dans une petite chambre mais peux faire une différence dans un salon de plus de 25 mètres carrés.

Le haut-parleur du géant du e-commerce n'a quasiment pas de basses. Les percussions sont inexistantes, le rythme n'est pas marqué. Les voix manquent de rondeur et sont sifflantes. Google Home s'en sort à peine mieux : ses médiums et ses aigus sont étouffés. Les voix sont parfois difficiles à comprendre.

Les deux devices disposent du Bluetooth et peuvent donc servir d'enceinte connectée.

Avantage : ex aequo

Diffusion sur plusieurs enceintes :

Les deux haut-parleurs peuvent se connecter à des enceintes compatibles pour jouer de la musique dans plusieurs pièces. Google Home peut se brancher à un autre Google Home ou à un Google Home Mini (la version miniature de l'appareil). Il est également compatible avec les "Chromecast audio" qui permettent de connecter enceintes et amplis, des lecteurs audio siglés Google, et les enceintes intégrant la fonction Chromecast fabriquées par des marques comme Pioneer ou Sony. Echo est quant à lui compatible avec les autres appareils de sa gamme comme Echo Dot et les enceintes de Sonos.

Sur l'application mobile des deux modèles, il faut créer des groupes d'appareils et leur donner un nom pour qu'ils jouent ensemble. Il suffit d'ajouter "sur le groupe salon" à la phrase "Alexa, joue l'album The Wall". Il faut vérifier sur l'app Google Home que la commande vocale du groupe est bien autorisée, sinon cela ne fonctionne pas. Les groupes Amazon ne peuvent mélanger des appareils Echo et Sonos. Lorsqu'un morceau venant du service Amazon Streaming joue sur un groupe, il est impossible d'utiliser le même service sur un autre groupe.

Avantage : Google Home

Gagnant : Echo

Ecouter les infos

Echo donne accès à plus de 2 000 sources d'informations. C'est nettement plus que Google Home et ses neuf apps dédiées, créées avec des médias français comme RMC ou BFM. 

Gagnant : Echo

Organisation personnelle

Les deux appareils sont capables d'effectuer des tâches basiques comme enregistrer une to do list, lire un agenda… Mais Google est loin d'exploiter à 100% son écosystème web et mobile : impossible d'envoyer un mail ou encore d'ajouter un rendez-vous à son emploi du temps. L'appli vocale Google maps permet d'obtenir des conseils pour un trajet en voiture mais pas en transports en commun. Le groupe va sans doute retravailler ses applications mais Amazon, qui permet d'effectuer toutes ces taches via ses milliers de skills, gagne ce round.

Gagnant : Echo

Shopping

Pour l'instant, aucun des deux haut-parleurs ne permet de faire ses courses en ligne en France : pour acheter des produits sur Amazon, il faut être abonné Amazon Prime, disposer d'une adresse postale et d'une carte bancaire dans l'un des pays où Echo est sorti (dès qu'il sera disponible dans l'Hexagone, cette fonction sera activée). Monoprix et Sephora ont développé leurs applis Google Home en français, mais le premier ne permet que de faire une liste de course et de la transférer sur l'application mobile pour finaliser la transaction, alors que le second donne des conseils beauté et facilite la prise de rendez-vous avec des maquilleurs en magasin. Aux USA, Google Home permet de faire ses courses entre autre sur Walmart, un exemple que les distributeurs tricolores ne devraient pas tarder à suivre.

Gagnant : ex aequo

Smart home

La version française de Google Home est compatible avec huit marques d'équipements domotiques, comme Nest, Somfy ou Netatmo. Les partenaires Alexa sont plus nombreux (la liste des appareils compatibles est disponible ici). Le pilotage des objets connectés est souvent plus facile sur Google Home :  il faut par exemple demander précisément à Echo d'augmenter la température de 3 degrés pour qu'il s'exécute, alors qu'avec Google Home, un "Hey Google, je veux qu'il fasse plus chaud" suffit. Mais le nombre d'appareil compatibles reste le nerf de la guerre.en matière de smart home.

Gagnant : Echo

Intelligence

Nombre d'habitants au Pakistan, nom du premier président des USA… Alexa et Google Assistant peuvent répondre à des questions basiques et comprendre plusieurs formulations de la même phrase. Les deux IA se contentent souvent de lire les premières lignes d'une page Wikipédia, même si Google donne des réponses plus complètes qu'Echo (sauf activation de skills spécialisés sur certains sujets). L'agence Stone Temple a posé de façon systématique 5 000 questions aux deux IA (en anglais). Google Assistant a répondu 3 383 fois, contre 10 30 pour Echo. Google était pertinent dans 89,5% des cas contre 86,9% pour Amazon.

Gagnant : Google Home

Protection des données

Les deux appareils sont toujours à l'écoute de leur environnement sonore pour vérifier si leur mot d'appel (Alexa, Hey Google…) est prononcé. Lorsque c'est le cas, ils envoient la phrase qui le suit dans le cloud, où elle est analysée pour fournir la réponse adaptée. Ils disposent tous deux d'un bouton mute pour couper leurs oreilles artificielles. Amazon et Google enregistrent toutes ces données pour améliorer leurs services et les vendre à des publicitaires. Chacun permet à ses utilisateurs d'effacer ses data via leur appli mobile.

Gagnant : ex aequo

Verdict

Avec un score de sept à cinq (plus deux ex aequo), le match est remporté par Amazon Echo, comme le montre le tableau ci-dessous.

Amazon Echo versus Google Home
Catégorie   Nom du gagnant
Prix Amazon Echo
Design Google Home
Voix Google Home
Qualité de l'écoute Amazon Echo
Gestion de multiples utilisateurs Google Home
Nombre d'apps disponibles Amazon Echo
Installation des applications Google Home
Musique Amazon Echo
Ecouter les infos Amazon Echo
Organisation personnelle Amazon Echo
Shopping Ex aequo
Smart home Amazon Echo
Intelligence Google Home
Protection des données Ex aequo
Gagnant final Amazon Echo

Et aussi

Google / Noel

Annonces Google