Ces géants du Web qui installent leur R&D en France

Depuis deux ans, les acteurs mondiaux du web et de la tech ne cessent d'ouvrir des centres de recherche dans l'Hexagone. En voici sept.

Prisant le haut niveau de qualification des ingénieurs français, de nombreux grands groupes du numérique décident d'implanter en France des centres de recherche ou d'innovation, sur tel ou tel domaine lié à leur activité. Et depuis le début de l'année 2014, c'est la pleine floraison.

 

Facebook : intelligence artificielle

Facebook a ouvert en juin 2015 à Paris un centre de recherche consacré à l'intelligence artificielle. A terme, il a vocation à employer 40 à 50 chercheurs. Une équipe placée sous la houlette de Yann LeCun, professeur à la New York University et spécialiste mondialement reconnu de l'intelligence artificielle, en particulier pour ses travaux sur la reconnaissance automatique d'images. Il avait été recruté fin 2013 par Mark Zuckerberg pour diriger le programme de Recherche en IA de Facebook ("FAIR"), dont le nouveau centre parisien est l'une des branches. Doté d'un modèle favorisant les interactions avec toute la communauté de la recherche, FAIR Paris travaille sur le traitement automatique du langage, la reconnaissance du langage, la reconnaissance d'images, ainsi que les infrastructures permettant de faire tourner ces systèmes avancés d'IA.

 

Démonstration dans le showroom du centre d'excellence mondial de CGI © F.Fauconnier / JDN

CGI : commerce connecté

Groupe canadien de 68 000 salariés présent dans 40 pays, CGI, qui a racheté la SSII Logica en 2012, accompagne les entreprises dans leur transformation numérique. En avril 2015, il a inauguré en plein coeur de Lille son centre d'excellence mondial pour le commerce et les services aux consommateurs. Ce centre constitue d'abord un lieu de rencontre de tous les savoir-faire du groupe. On y trouve également un showcase, modèle de magasin connecté qui démontre ces compétences et met en scène les technologies qui équiperont les points de vente de demain (voir notre reportage). Un investissement de 5 millions d'euros et une perspective de 300 recrutements sur trois ans, qui s'ajouteront aux 400 salariés qu'emploie déjà CGI à Lille.

 

Rakuten : web-to-store et interfaces utilisateurs

Après Tokyo et New York, c'est à Paris que le géant japonais de l'e-commerce Rakuten a implanté son troisième centre de recherche et développement, en février 2014. Le Rakuten Institute of Technology, qui employait 5 personnes à ses débuts, compte maintenant une vingtaine de collaborateurs, qui concentrent leurs recherches sur les technologies et les innovations qui soutiendront le développement du commerce électronique. Au programme : analyse de données, détection des fraudes, langage, systèmes de recommandation, traitement des images, interface utilisateur et web-to-store. Le centre de recherche est installé dans les locaux de Priceminister, propriété de Rakuten depuis 2010.

 

A l'intérieur de l'AIIC © Accenture

Accenture : marketing et relation client connectés

C'est à Sophia-Antipolis que le cabinet de conseil avait créé il y a vingt ans son laboratoire R&D européen. Reconfiguré, ce "tech lab" intègre depuis avril 2015 l'Accenture Interactive Innovation Center, qui se spécialise dans les solutions numériques innovantes en matière de marketing et de relation client. Prenant la forme d'un espace d'expérimentation et de démonstration des technologies du commerce connecté, il a pour vocation d'aider les clients d'Accenture à développer les solutions innovantes du monde connecté de demain, dans des domaines aussi variés que la santé, la banque, la grande distribution, l'énergie ou la sécurité. Une centaine de salariés y travaillent, dont la moitié en R&D.

 

Samsung : objets connectés

Samsung avait fermé fin 2014 son centre de recherche de Sophia-Antipolis dédié aux processeurs, ne conservant que 20 de ses 110 salariés. Mais quelques mois plus tard, mi-juin, le fabricant sud-coréen annonçait l'implantation à Paris d'une équipe d'innovation, cette fois-ci vouée aux objets connectés. Annonçant par la même occasion sa prise de participation dans Sigfox, Samsung a précisé que son  centre de recherche, le "Strategy&Innovation Center", bénéficierait d'une collaboration avec la pépite française, qui utilise un réseau bas-débit faire communiquer les objets connectés.

 

Inauguration du centre de R&D de Salesforce à Paris © Martin Dupraz / JDN

Salesforce : cloud et moteur de recherche

L'éditeur de logiciels spécialiste du CRM a inauguré en juin 2015 un centre de recherche et développement au cœur de son siège South EMEA, à quelques pas de la Tour Eiffel (voir notre reportage). Ses équipes sont notamment issues de sociétés acquises par Salesforce en France : Instranet et EntropySoft. Il compte une trentaine de collaborateurs et complète l'activité de la première unité de recherche de l'éditeur californien en France, installée à Grenoble. Durant l'inauguration, le PDG du groupe Marc Benioff a levé le voile sur un vaste plan de développement dans l'Hexagone, dont le budget atteint un milliard de dollars sur cinq ans.

 

Intel : big data

C'est pour sa part dans l'Essonne, sur le technopôle Teratec de Bruyères-le-Chatel, qu'Intel a implanté en juin 2015 son premier centre de recherche européen consacré au big data. Son champ de recherche est vaste, allant de la ville intelligente à la personnalisation de la médecine en passant par l'agriculture connectée. Son équipe d'une dizaine de collaborateurs devrait s'étoffer au fur et à mesure des demandes des autres acteurs de Teratec : 80 entreprises, centre de recherche et acteurs académiques liés au domaine de la simulation numérique haute performance. Il s'agit du huitième centre de recherche ouvert en France par Intel en cinq ans.

Yann Lecun