La foodtech, un secteur éclaté qui rend gourmands les investisseurs

La foodtech, un secteur éclaté qui rend gourmands les investisseurs Dans le cadre du JDN Event Food&Digital ce 4 avril, voici le portrait-robot d'un marché qui générera 250 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans le monde en 2022.

250 milliards de dollars. C'est le stratosphérique chiffre d'affaires que devrait générer le secteur de la foodtech dans le monde dans cinq ans, porté par une croissance annuelle moyenne de 5,8% entre 2015 et 2022, selon des chiffres compilés par le cabinet Research and Markets. Mais ce nouveau champ d'activité, qui combine le monde de l'alimentation avec celui du digital, est loin d'être monolithique.

Derrière ce revenu global se cachent une multitude de sous-catégories. L'analyste CB Insights en totalise onze, qui vont de la nourriture nouvelle génération aux sites de mise en contact agriculteurs/consommateurs en passant par la livraison de repas, comme le montre le schéma ci-dessous, inspiré du tableau périodique des éléments en chimie.

La FoodTech regroupe 11 catégories d'entreprises différentes. © CB Insights

Les jeunes pousses de la foodtech attirent l'attention des investisseurs. Entre 2012 et 2015, ces derniers ont misé des sommes de plus en plus importantes dans ces jeunes pousses, passant de 256 millions de dollars investis dans le monde à plus de 5,6 milliards, comme le montre le graphique ci-dessous, tiré d'une analyse de marché réalisée par CB Insights.

La foodtech a attiré 5,6 milliards de dollars d'investissements en 2015. © JDN - CB Insights

Le nombre de deals annuels a lui aussi décollé entre 2012 et 2015, passant de 66 à 273, comme le montre ce graphique basé sur les données de CB Insights.

273 deals ont été conclus avec des investisseurs en 2015 dans le secteur de la foodtech. © JDN - CB Insights

La France n'est qu'en septième position du classement des pays attirant le plus d'investissements. Le podium est trusté par les Etats-Unis, suivis par l'Inde (2e) et la Chine (3e). Les trois leaders ont respectivement vu 104, 74 et 27 levées de fonds se dérouler sur leur territoire en 2015 selon CB Insights. En Europe, l'Allemagne domine avec 72% des volumes d'investissement réalisés dans des start-up locales. Le Royaume-Uni suit loin derrière (20%). La Suède et la France ferment la marche de ce top 5 avec 3% du montant des levées réalisées sur leur sol, selon des informations compilées par Tech.eu.

Parmi les nombreux sous-secteurs intégrés à la galaxie FoodTech, celui qui fait le plus tourner les têtes est celui de la livraison de repas à domicile ou au bureau. Ce champ d'activité pesait à lui seul 1 milliard d'euros en France en 2015 et 20 milliards en Europe, selon la société Just-Eat, l'un des leaders du marché qui a reçu 41,9 millions de commandes de repas en ligne et a totalisé 950 millions d'euros de chiffre d'affaires au premier semestre 2015. Les investissements dans ce domaine auraient augmenté de 50% entre 2014 et 2015 en Europe selon le rapport de Tech.eu.

Les deux plus grosses levées de fonds du secteur en Europe depuis 2012 ont été réalisées par l'allemand Delivery Hero, qui a collecté 287 millions d'euros auprès de ses investisseurs en février 2015, et le britannique Deliveroo, qui a empoché 275 millions de dollars en août 2016.

Mais ces levées de fonds spectaculaires ne doivent pas faire oublier que ce champ d'activité est en pleine concentration depuis début 2016. Le site belge Take Eat Easy a été placé en redressement judiciaire en juillet, faute d'avoir réussi à boucler son dernier tour de table. La start-up avait pourtant présenté son dossier à 114 fonds d'investissements qui lui ont tous claqué la porte au nez. Sa base de clients a été rachetée par le grand gagnant de cette rationalisation du secteur en Europe, le britannique Just-Eat, qui opère notamment le site Allo Resto. Le groupe a également mis la main en septembre 2016 sur son concurrent tricolore Tok Tok Tok.

Mais le jeu est loin d'être terminé, puisque des livreurs d'un nouveau genre commencent à transporter des repas : les robots. La start-up londonienne Starship Technologies a développé de petits drones roulants, équipés de 9 caméras et dotés d'un système de freinage automatique. Dans le cadre d'un projet pilote annoncé fin mars, ils transporteront les commandes des clients de Domino's Pizza qui habitent à moins d'un kilomètre d'une enseigne du groupe en Allemagne et aux Pays-Bas.

"Food & Digital", le JDN Event dédié à la foodtech

Le JDN s'associe à CCM Benchmark Institut pour organiser le 4 avril à Paris un événement dédié à la foodtech et destiné aux professionnels de l'agroalimentaire.

Et aussi

Chiffre d'affaires / Investisseur

Annonces Google