The Cosmo Company aide les grands groupes à optimiser leurs décisions

The Cosmo Company aide les grands groupes à optimiser leurs décisions Les modèles de simulation de la start-up française permettent à Total, EDF et autre SNCF de réaliser des arbitrages clefs pour l'avenir de leur société.

Aider les dirigeants de grandes entreprises à résoudre en deux temps trois mouvements d'épineux problèmes, c'est la mission apparemment impossible que The Cosmo Company parvient à remplir grâce à ses solutions de simulation, qui ont séduit une quinzaine de gros clients, comme Total, EDF, General Electric, Solvay, la SNCF, RTE, Alstom, bioMérieux ou encore Schneider Electric.

Cette entreprise, fondée en juin 2010 et basée à Lyon, a construit son modèle à partir des recherches menées à l'Ecole normale supérieure de Lyon par Michel Morvan, co-fondateur et président de la jeune pousse, pendant sa carrière de professeur de sciences de l'informatique. The Cosmo Company encapsule dans son logiciel l'expérience métier de ses clients, les différents éléments qui composent l'environnement de leur entreprise (l'ensemble de ses actifs, sa force de travail, les risques qu'elle doit maitriser, les investissements à réaliser…) et leurs interactions mutuelles.

The Cosmo Company espère doubler ses résultats en 2017 pour atteindre les 7 millions d'euros de chiffre d'affaires

"A la différence des logiciels basés uniquement sur le deep learning qui ne peuvent pas déterminer les causalités d'un événement, notre solution de simulation permet de savoir lorsque deux éléments sont corrélés qui est l'œuf et qui est la poule. Elle est également capable de prévoir ce qui adviendra pour une entreprise si un événement nouveau se produit, alors qu'un logiciel basé simplement sur de l'IA ne peut baser ses analyses que sur des évènements qui ont déjà eu lieu", souligne Hugues de Bantel, PDG et co-fondateur de The Cosmo Company, accompagnée par le programme d'accélération business du Hub Bpifrance.

Les ingénieurs et les mathématiciens de la société (The Cosmo Company en compte aujourd'hui 50 sur un nombre total de 70 salariés) ont par exemple conçu une solution sur mesure pour le spécialiste tricolore du transport d'électricité RTE (Réseau de transport d'électricité). Le logiciel a notamment aidé la direction générale du groupe à optimiser des décisions d'investissements cruciales pour son avenir.

Le réseau posé il y a près de 50 ans par l'énergéticien est en effet vieillissant. Les sommes qu'il est tenu d'investir dans la maintenance de son infrastructure, qui sont aujourd'hui d'environ 850 millions d'euros par an, vont augmenter au minimum d'un tiers dans la prochaine décennie. Pour ne pas faire exploser ses dépenses et donc ses tarifs, l'entreprise doit prioriser ses décisions d'investissement, choisir lesquels réaliser de toute urgence et lesquels peuvent attendre quelques années. Mais choisir de remplacer à l'année N les câbles de transport de l'électricité plutôt que les transformateurs influe sur de nombreux éléments : le niveau de risque que l'entreprise est prête à assumer, sa politique tarifaire, la qualité de service qu'elle veut offrir à ses clients…

La start-up a conçu un modèle d'optimisation de l'efficacité énergétique des trains urbains pour Alstom qui pourrait intéresser 250 entreprises dans le monde

"Pour déterminer le calendrier d'investissements optimal de RTE, nous avons réalisé des centaines de simulations, en intégrant à chaque fois des hypothèses de départs différentes à notre modèle. Nous présentons aux décideurs les conséquences induites par chaque formule pour l'entreprise à 25 ans, afin qu'ils choisissent la meilleure solution", explique Hugues de Bantel. L'énergéticien a par exemple décidé en 2016 de changer tous ses câbles de transmission électrique en Ile-de-France plutôt que de différer leur remplacement.

"Nous travaillons avec les différentes branches métiers de nos clients pour comprendre les conséquences de chaque décision sur l'ensemble des composantes du business de l'entreprise" souligne le PDG. Créer une solution pilote sur mesure permettant à une entreprise de réaliser ses premières simulations prend en moyenne trois mois à The Cosmo Company. Pour que le modèle soit 100% opérationnel, il faut un an. Afin de ne pas recommencer ce travail babylonien pour chaque nouveau prospect, la jeune pousse réutilise la base des modèles créés sur mesure pour une société appartenant à un secteur donné afin de créer des solutions prêtes à l'emploi pour les autres structures qui font face aux mêmes problématiques.

Créer une solution pilote sur mesure permettant à une entreprise de réaliser ses premières simulations prend en moyenne trois mois

The Cosmo Company a par exemple conçu un modèle d'optimisation de l'efficacité énergétique des trains urbains pour Alstom. 250 entreprises dans le monde pourraient être potentiellement intéressées par des logiciels similaires, que The Cosmo Company commercialisera sous licence. L'entreprise a d'ores et déjà conçu sept applications prêtes à l'emploi. L'une d'entre elles, SEP, permet par exemple aux villes et aux géants de l'énergie de gérer efficacement leurs investissements énergétiques sur un territoire donné. Une autre, Fluid, aide les compagnies des eaux à gérer au mieux leur réseau en cas de crise, comme une fuite majeure (où placer les équipes de maintenance, quels lieux approvisionner en priorité…).

The Cosmo Company compte accélérer la commercialisation de ces applications, en France comme à l'étranger, grâce à un réseau de partenaires intégrateurs, comme IBM, Ernst and Young, Accenture, Atos, BearingPoint… Ils proposent les solutions de l'éditeur à leurs clients et se chargent d'intégrer la solution achetée à leur système informatique. The Cosmo Company espère doubler ses résultats en 2017 pour atteindre les 7 millions d'euros de chiffre d'affaires. Depuis sa création, la pépite tricolore de la simulation a levé 3,8 millions d'euros.

Intelligence artificielle

Annonces Google