Amazon s'achemine vers la livraison le jour-même

Contraint de collecter la TVA dans un nombre croissant d'Etats, Amazon en profite pour ouvrir des centres de distribution, qui vont lui permettre de livrer dans la journée.

Pouvoir utiliser le produit immédiatement après l'avoir acheté est l'une des dernières frontières de l'e-commerce et l'un des rares avantages que détiennent encore les distributeurs physiques sur les sites marchands. Amazon US va encore s'en rapprocher en proposant à partir de l'année prochaine la livraison le jour de la commande, à en croire la presse américaine. L'e-marchand n'a pas confirmé ces rumeurs, mais les analystes considèrent cette évolution comme inévitable pour le numéro 1 mondial de la vente en ligne.

En effet, Amazon n'a cessé d'annoncer la construction de nouveaux centres de distribution dans tous les Etats-Unis : New Jersey, Texas, Californie, Virginie, Indiana. Ceux-ci seront évidemment capables de livrer les consommateurs de leur Etat en quelques heures. Ceci laisse aussi penser qu'Amazon va renforcer son activité de vente de produits alimentaires et ainsi concurrencer Wal-Mart encore plus directement. Dans sa ville de Seattle, son programme Amazon Fresh livre dans la journée des produits frais et d'épicerie. Un modèle qui pourrait facilement s'étendre aux Etats où Amazon va ouvrir ses nouveaux centres de distribution.

Wal-Mart conservera toutefois l'avantage des prix, proposant des prix inférieurs à Amazon de 20% en moyenne et de 60% sur l'alimentaire, selon une étude menée en avril par Kantar Retail. En outre, Amazon va devoir collecter la TVA dans les Etats où il installe ses nouveaux centres de distribution, en plus des six Etats où il en collecte déjà. Ce qui devrait se traduire par une hausse de ses prix.

Le fait qu'Amazon soit désormais contraint de collecter ces taxes dans un nombre croissant d'Etats est cependant loin d'être entièrement négatif pour l'e-commerçant. La nécessité de ne pas s'y implanter afin de ne pas collecter de taxes n'a plus de sens : c'est donc ce qui l'encourage aujourd'hui à ouvrir des centres de distribution dans de nouveaux Etats, lui donnant ainsi la possibilité de livrer dans la journée. En outre, accepter enfin de collecter ces taxes lui permettra également d'envisager des acquisitions de sociétés qu'il s'interdisait jusqu'ici, par exemple celle de Netflix, physiquement présent dans de nombreux Etats. In fine, l'obligation pour les e-commerçants de collecter la TVA même dans les Etats où ils ne sont pas implantés devrait surtout pénaliser les plus petits ... et conforter la domination d'Amazon sur le commerce électronique.

Amazon / Taxe sur la valeur ajoutée