E-commerce : une petite taille garantit l’originalité

A l'heure où les gros distributeurs online sont les plus connus, on pourrait s'interroger sur l'intérêt de créer une e-boutique de petite taille.En France, la croissance du e-commerce est pourtant tirée par ce type d'acteurs de taille modeste.

Le e-commerce est une solution de distribution qui séduit de plus en plus les entrepreneurs pour diverses raisons : la qualité du visitorat, la rapidité de mise en route, des coûts limités et un réseau de distribution à grande échelle notamment.
En 2013, plus 13 000 nouveaux sites en ligne ont été créés. L’emploi a connu une forte croissance avec plus de 15 % des embauches réalisées par les TPE/PME (source : FEVAD).

Innovation & originalité sont les maitres-mots du e-commerce d’aujourd’hui

Faire le choix du commerce en ligne, c’est faire le choix de cibler un public large, grâce à un canal de distribution à grande échelle, par rapport à un commerce local. Si les e-commerçants de tailles petites et moyennes ne peuvent pas véritablement rivaliser avec les grandes entreprises du secteur qui monopolisent le marché avec des politiques de prix favorisés par des économies d’échelle, ils peuvent en revanche jouer sur des aspects différenciants. Ces nouveaux e-commerçants doivent se positionner sur des niches ou en favoriser une forme de proximité avec leurs acheteurs. Leur taille peut devenir une source d’opportunité.

La transition numérique a le vent en poupe 

Prenons l’exemple de l’effervescence du lancement des hyper/super marchés en France au XXème siècle. À la suite d’un engouement fulgurant pour ce nouveau canal de distribution à grande échelle, on note aujourd’hui un retour certain des consommateurs aux commerces de proximité jugés plus conviviaux.
Le parallèle entre commerçants et e-commerçants est évident. Après une période de professionnalisation des distributeurs online et une période d’acclimatation pour les acheteurs, on assiste aujourd’hui à une diversification et à l’émergence d’une myriade de distributeurs spécialisés ou présentant des produits originaux. Les commerces de proximité s’y mettent eux aussi en associant à leur boutique physique des boutiques online ! La FEVAD rappelle d’ailleurs dans un communiqué : « les boutiques en ligne accroissent incontestablement les ventes hors ligne »[1].

Dynamiser son e-commerce : adopter un business modèle de qualité. 

On l’a dit, les jeunes e-commerçants se doivent d’être originaux et stratégiques dans la prestation qu’ils proposent pour séduire et fidéliser les cyberacheteurs. Dans ce contexte, quel business modèle adopter ?
Au delà d’un concept séducteur, le e-commerce est aussi un domaine où il est important d’être accompagné et conseillé. La vente en ligne ne s’improvise pas : des compétences techniques, fiscales, réglementaires et, bien sûr, informatiques sont nécessaires. Il est donc crucial de s’emparer des bonnes clés qui sauront dynamiser et mener à bien cette démarche. Pour cela, des prestataires et des partenaires fiables existent. Certains fondent même leur offre sur un modèle gagnant-gagnant de rémunération à la performance.
Des initiatives sont également mises en place pour mettre en lumière les jeunes e-commerçants et porteurs de projets, comme des concours destinés à valoriser le qualitatif, l’originalité et l’innovation.
 
Sans vouloir alimenter le débat militaro-économique, nous ne pouvons que déplorer que ce soit bien souvent les plus gros acteurs, mais aussi pionniers du e-commerce, qui bénéficient de mise en lumière plutôt que l’activité originale et innovante que représente des boutiques online plus petites est moins connues. Et pourtant, ce sont elles qui soutiennent la croissance du e-commerce en France.
 

-------------
[1] « Etude Oxatis-KPMG : Le profil du e-commerçant en 2014, Spécial TPE/PME », 30 janvier 2014, publié sur le site de la FEVAD.

Réseau / Rémunération